Strucutre spleen et ideal

421 mots 2 pages
STRUCTURE DU RECUEIL
126 poèmes + celui adressé "au lecteur"
6 sections titrées .

Spleen et idéal

-Comprend 85 poèmes que l'on peut (grossièrement) répartir ainsi:
Les 21 premiers parlent de l'art, du poète et du beau.
Les 20 suivants sont réservés à la femme sensuelle .
Les poèmes 42 à 48 présentent la femme angélique.
Les poèmes 43 à 64 sont placés sous le signe de l'automne.
Les derniers poèmes développent le "spleen"qui mène au néant.

Tableaux parisiens

-18 poèmes ouverts sur l'extérieur : la vie citadine qui éclaire la vie intérieure .

Le vin

-5 poèmes pour dire les douceurs de l'ivresse

Fleurs du Mal

-9 poèmes qui associent vice et volupté.

Révolte

-3 poèmes plus ou moins blasphématoires où le poète déçu souhaite la damnation.

La mort

-6 poèmes où la mort apparaît comme une promesse obscure.

RAPIDE ANALYSE DU TITRE
Fleurs maléfiques = oxymore qui place le recueil sous le signe de l'antithèse : le "spleen" et "l'idéal"
"Fleurs maladives" selon la dédicace à Gautier =" l'idéal" gâté par le "spleen".
Les fleurs sont habituellement associées à la beauté , le titre laisse donc supposer qu'il existe une beauté du mal , du péché.
-La dédicace place Les fleurs du Mal sous le parrainage de Théophile Gautier "Poëte (avec un tréma = le démiurge) impeccable", le parrainage de celui pour qui "tout ce qui est utile est laid". (cf. la préface de Mademoiselle de Maupin)

LE POEME LIMINAIRE "AU LECTEUR"
Il sert de préface au recueil . Dialogue fictif avec le lecteur, un être qui lui ressemble. Le "nous" donne au poème une portée universelle. L'homme est vu comme une marionnete de Satan et l'ennui est présenté comme le pire des maux

Spleen et idéal

Vous ne savez pas ce que c'est que le "spleen", ou les vapeurs anglaises: je ne le savais pas non plus. Je le demandais à notre Ecossais dans notre dernière promenade et voici ce qu'il me répondit: «Je sens depuis vingt ans un malaise général plus ou

en relation

  • Commentaire "l'angoisse" et de "a une femme"de verlaine
    3715 mots | 15 pages