Suffit-il d'avoir le choix pour être libre?

Pages: 6 (1469 mots) Publié le: 3 janvier 2015
En - 399, Socrate est condamné à mort au motif qu'il a corrompu la jeunesse et qu'il n'a pas respecté les dieux de la cité. Mais ses amis le pressent de quitter Athènes pour échapper à cette sentence injuste. Socrate pourtant refuse : il décide de se donner la mort en buvant la ciguë. Cet épisode célèbre de l'histoire de la philosophie donne à réfléchir : Socrate, en se suicidant a-t-il agilibrement ? Son choix est-il bien celui d'un homme libre ?
Choisir, c'est opter, donner sa préférence à une chose plutôt qu'à une autre. Se demander si avoir le choix suffit à être libre revient à faire du choix l'essence de la liberté. Mais ainsi formulé le sujet jette le doute sur cette identification. De fait, si, lors d'une exécution capitale, on laisse au condamné le choix du mode d'exécution dela sentence, le choix n'est-il pas un faux choix ? Saint Paul en décidant d'être décapité plutôt que crucifié, parce qu'en tant que citoyen romain, ce choix lui est offert, aurait sans doute préféré rester en vie pour continuer sa mission évangélisatrice. Il semble donc qu'avoir le choix ne suffit pas à être libre. Peut-on soutenir pour autant que renoncer à choisir est un gage de liberté ? On sedoute que non car si ce renoncement est volontaire, il est encore le produit d'un choix et s'il ne l'est pas, il y a contrainte donc absence de liberté. Tout le problème consiste donc à savoir si on peut déterminer a priori le choix pour que celui-ci garantisse notre liberté : Comment savoir si un choix est rationnel ou pas ? N'est-ce pas toujours a posteriori qu'on peut juger que tel ou tel choixétait bien celui d'un homme libre ? Bref, si le choix n'est pas suffisant pour être libre, n'est-ce pas toujours à lui qu'il faut revenir pour signifier notre liberté ? Plus classiquement, on demandera si la liberté est réductible au seul libre-arbitre.
On verra ainsi que si l'absence de choix contredit la liberté (I), la possibilité de décider n'est pas suffisante (II) parce que la liberté, sielle n'est pas une illusion, requiert que tout choix soit éclairé (III).

Première partie. L'absence de choix contredit la liberté.
Que la liberté suppose le choix cela ne fait aucun doute. Aristote a montré dans son Éthique à Nicomaque que tout acte libre peut se décrire comme la mise en pratique d'une séquence comportant trois étapes : la délibération, le choix, l'action. On voit que si lechoix occupe une place centrale dans cette séquence, c'est, d'une part, parce que la délibération seule n'aurait pas de fin si on ne décidait de trancher pour faire prévaloir telle option plutôt que telle autre, et, d'autre part, parce que si l'action n'était pas initiée par un choix, elle se confondrait avec une activité réflexe, donc irréfléchie, instinctuelle qui nous rabattrait au même niveauque l'animal. Mais si avoir le choix est nécessaire cela est-il suffisant ?
On peut en douter car le lien entre le choix et l'action suppose une force qui n'est pas inhérente au choix : Avoir le choix n'implique pas nécessairement que nous ayons les moyens de le mettre en oeuvre. Il faut pour cela ajouter au choix une force qui vise à réaliser l'optionretenue. Cette force, la tradition l'appelle « libre-arbitre » ou « liberté d'indifférence ». Pour prouver qu'une telle force existe, le philosophe médiéval Buridan invente la fiction suivante : Imaginons un âne à équidistance d'un seau d'eau et d'un picotin d'avoine. Cet âne se laissera mourir de soif et de faim car en l'absence de motif prévalent, il ne pourra agir. L'homme, lui, parce qu'il possèdele libre-arbitre se décidera sans difficulté. Etre libre, ce serait donc non seulement avoir le choix mais aussi posséder la force de se déterminer soi-même. Mais cette force n'est-elle pas une illusion?

Deuxième partie. La possibilité de décider n'est pas suffisante.
Faire reposer la liberté sur la simple existence d'une alternative et la possibilité de la réaliser est sans doute réducteur....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Suffit-il de se sentir libre pour être libre ?
  • Suffit il d'être soi pour être libre
  • Suffit il de sentir libre pour être libre
  • Suffit-il pour être libre de le vouloir ?
  • Suffit-il de vouloir pour être libre ?
  • Être libre, est-ce avoir le choix ?
  • Suffit-il de le vouloir pou être libre ?
  • Suffit-il d'être conscient pour être libre ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !