Sujet francais

1938 mots 8 pages
Singularité de la poésie et du poète
Vous devez lire la totalité du dossier (textes et questions) avant de choisir le travail d’écriture. Les questions sont communes à tous les sujets : elles vous permettent d’approfondir la lecture des textes. Documents A – Charles Baudelaire, II, « L’albatros », Les Fleurs du mal, 1857. B – Théophile Gautier, « Le pin des Landes », Espanã, 1845. C – Tristan Corbière, « Le crapaud », Les Amours jaunes, 1873. D – Jacques Roubaud, « Le lombric », Les Animaux de tout le monde, 1990. E – Guillaume Apollinaire, « La colombe poignardée » Calligrammes, 1918.

Questions m 1. Sur quel procédé stylistique commun reposent les documents A, B, D d’une part, C et E d’autre part? Quel point commun présentent ces deux procédés de style ? En quoi réside la singularité du document E ? (2 POINTS) m 2. Distinguez les registres de ces différents poèmes. (2 POINTS)

Écriture m Sujet I : Commentaire Vous ferez le commentaire comparé de « L’albatros » de Baudelaire et du « Pin des Landes » de Gautier. m Sujet II : Dissertation « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux. Et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots », écrit Alfred de Musset dans sa Nuit de mai. Commentez et discutez cette affirmation en vous appuyant sur les textes cidessous et sur les poèmes que vous connaissez. m Sujet III : Écriture d’invention Vous imaginerez le dialogue entre un poète partisan de la poésie de la douleur et un poète qui préfère une poésie de la célébration de la vie et du bonheur.

Document A

L’albatros

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers Qui suivent, indolents compagnons de voyage, Le navire glissant sur les gouffres amers.
5

À peine les ont-ils déposés sur les planches Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux, Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches Comme des avirons traîner à côté d’eux.
1 Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule ! Lui, naguère si

en relation