Sujetbrevet

16888 mots 68 pages
Sujet en plus pour s’entraîner

Sujet autobiographie : Rousseau, Les rêveries d’un promeneur solitaire : page 2
Sujet autobiographie : L’enfant, de Jules Vallès : page 5
Sujet narration : Le grand Michu, de Zola : page 8
Sujet narration : Un roman policier : page 14
Sujet argumentation : Discours à l’Unesco : page 18
Sujet argumentation : Les avantages de la science, de La Fontaine : page 23
Sujet argumentation : Le tour du monde d’un écolo : page 28
Sujet poésie : Le buffet, de Baudelaire : page 34
Sujet poésie : Barbara, de Prévert : page 38
Sujet théâtre : Cyrano de Bergerac : page 42
Sujet théâtre : Théâtre sans animaux, de Ribes : page 48

Sujet autobiographie : Rousseau

J’étais seul, je m’enfonçai dans les anfractuosités[1] de la montagne, et de bois en bois, de roche en roche, je parvins à un réduit si caché que je n’ai vu de ma vie un aspect plus sauvage. De noirs sapins entremêlés de hêtres prodigieux, dont plusieurs tombés de vieillesse et entrelacés les uns dans les autres, fermaient ce réduit de barrières impénétrables ; quelques intervalles que laissait cette sombre enceinte n’offraient au-delà que des roches coupées à pic et d’horribles précipices que je n’osais regarder qu’en me couchant sur le ventre. Le duc, la chevêche et l’orfraie[2] faisaient entendre leurs cris dans les fentes de la montagne, quelques petits oiseaux rares mais familiers tempéraient cependant l’horreur de cette solitude. Là je trouvai la Dentaire heptaphyllos, le Ciclamen, le Nidus avis, le grand Lacerpitium et quelques autres plantes qui me charmèrent et m’amusèrent longtemps. Mais insensiblement dominé par la forte impression des objets[3], j’oubliai la botanique et les plantes, je m’assis sur des oreillers de Lycopodium et de mousses, et je me mis à rêver plus à mon aise en pensant que j’étais là dans un refuge ignoré de tout l’univers où les persécuteurs ne me déterreraient pas. Un mouvement d’orgueil se mêla bientôt à cette rêverie. Je me comparais à

en relation