Surrealisme

454 mots 2 pages
Le premier élément à tenir en compte est l’appartenance de ce recueil à ce mouvement littéraire: un mouvement qui affronte toute chose rationnelle ou dogmatique. Éluard suit dans son recueil un mouvement de transformation: il s’agit de créer les mains libres sans se fixer des règles, sans s’embarrasser de schémas poétiques ordinaires, sans se prendre dans des clichés poétiques traités depuis l’antiquité. Il favorise l’irrationel et recourt à toutes sortes d’éléments comme le sommeil, le rêve, ses figurations fantastiques, les évènements cachés de l’inconscient, le merveilleux.. On perçoit que l’illustration est condamnée: le but de la poésie serait de donner à voir ce qu’elle donne à lire, à créer des images mentales, établir un lien entre le lisible et le visible. Et c’est avec le surréalisme que ce rapport deviendra plus étroit au point d’ailleurs de stimuler, par le manque de l’écriture poétique, la création d’images mentales comme si au final le vide poétique étqit une étape en soi vers une autre forme de , celle de l’imagination et l’illustration mentale. Ce surréalisme éluardien stimule les images, les crée, les recée, voire les oppose selon les vibrations sensibles de l’oeil.
Mettons comme exemple “la toile blanche”: l’illustration est composée d’un entonnoir renversé en dessus d’une espèce de main sans corps, un torchon dont la forme rappelle à une tête, qui couvre un papier gribouillé. Ce sont des objets juxtaposés sans aucun rapport entre eux: celui­ci est un principe basique du surréalisme. “La faim le froid la solitude
Qui se méfient des asiles
Du blé fiévreux des morts.”

Voici un exemple du manque total de sens et cohérence, tant dans le poème comme dans sa relation avec le dessin de Ray. Une des particularités de cette oeuvre est que Man Ray n’est pas, dans ce cas, l’illustrateur des poèmes d’Éluard, mais à l’envers: Éluard écrit ce que ces illustrations lui inspirent, et, en plusieurs cas, n’etablit aucun lien

en relation

  • Surréalisme
    2848 mots | 12 pages
  • Le surréalisme
    1653 mots | 7 pages
  • Le Surréalisme
    8217 mots | 33 pages
  • Surrealisme
    3360 mots | 14 pages
  • Surréalisme
    490 mots | 2 pages
  • Le surréalisme
    502 mots | 3 pages
  • Le surréalisme
    2448 mots | 10 pages
  • Le surréalisme
    872 mots | 4 pages
  • Le surréalisme
    4329 mots | 18 pages
  • Surréalisme
    1515 mots | 7 pages