Syndicalist

38023 mots 153 pages
L’islamisation de l’Afrique par le « Jihâd » : un mythe dans l’historiographie arabe ? Par Bakary SAMBE Pour étayer la thèse selon laquelle, les ouest-africains connaissaient l’islam avant les attaques des armées marocaines, il suffit de se rappeler que les Toucouleurs[1], habitants de la vallée du fleuve Sénégal, y avaient déjà fondé des Etats théocratiques et électifs, avec l'islam comme religion officielle d’où le titre d’Almamy (al-imâm) que portaient leurs chefs politiques[2]. La période en question correspond, historiquement, à la naissance des premiers grands empires africains mais aussi à d’importants bouleversements socio-politiques au Maghreb et au Sahara. Les troubles n'ont pu épargner le bilâd al-sûdân et ont influé sur l'évolution de ses rapports avec l'autre rive du grand désert. Ainsi l'action des Almoravides que les historiens considèrent comme le principal mouvement d'islamisation de l'Afrique de l'Ouest s'étalera sur plusieurs siècles et revêtira plusieurs formes. L’action almoravide ne fut pas un mouvement, continu et uniforme, d'expansion de l'islam par le sabre, mais se confondra, de temps à autre, aux bouleversements politico-religieux qui marquèrent cette époque. Les témoignages des historiens arabes firent allusion à la pratique de l'islam dans les cours royales des grands empires africains. On trouvera, même, des rois africains prêchant l'islam auprès de voyageurs étrangers ayant visité la région ouest-africaine tels que le Portugais Ca Da Mosto.
L'islamisation par le “jihâd”, de la part des armées arabes (ou berbères ?) ne fut qu'une manière de légitimer, religieusement, l'action des chefs politiques qui avaient, pourtant, d'autres mobiles. Nous avons évoqué, plus haut, la richesse en or de l'Afrique de l'ouest et l'importance de cette ressource dans le commerce transsaharien. Pour des raisons économiques, plusieurs chefs guerriers arabes ou arabo-berbères se sont affrontés et ont attaqué des régions au sud du Sahara. La

en relation

  • Syndicalistes
    1826 mots | 8 pages
  • Le scout et le syndicaliste
    1388 mots | 6 pages
  • Socialistes et syndicalistes à la belle epoque
    1942 mots | 8 pages
  • 1/ « Germinal, affirma récemment un syndicaliste au cours d’une émission consacrée à Zola, touche les ouvriers parce que c’est un roman qui pose des problèmes toujours actuels. » Qu’en pensez-vous ?
    3265 mots | 14 pages
  • Syndicalisme et mouvements sociaux de la Première Guerre mondiale à l’entre deux-guerres (1914-1921)
    274 mots | 2 pages
  • Analyse articles de presse
    2048 mots | 9 pages
  • Greve
    738 mots | 3 pages
  • La naissance de la classe ouvrière
    2726 mots | 11 pages
  • Journal pays d’édition tendance politique
    807 mots | 4 pages
  • Le sujst va plus loin
    1116 mots | 5 pages