Syndicalistes

Pages: 8 (1826 mots) Publié le: 8 octobre 2012
Voici certains des cas figurant dans le rapport d’Amnesty International sur la Colombie : Killings, arbitrary detentions, and death threats — the reality of trade unionism in Colombia (index AI : AMR 23/001/2007).
Javier Correa, Luis Garcia, Domingo Flores et Nelson Pérez – SINALTRAINAL. Ces dernières années, le syndicat SINALTRAINAL des travailleurs de l’alimentaire a été impliqué dans desconflits du travail, souvent avec de grandes entreprises multinationales. Les violations des droits humains ont souvent eu lieu pendant ces périodes.
Le 10 février 2007, une lettre contenant des menaces de mort écrites par des paramilitaires, adressée aux membres de SINALTRAINAL, a été glissée sous la porte des bureaux de l’ASTDEMP à Bucaramanga, dans le département de Santander, au centre de laColombie. Les menaces de mort visaient Javier Correa, Luis Garcia, Domingo Flores et Nelson Pérez, militants de SINALTRAINAL, les accusant d’être des « syndicalistes terroristes de Coca-Cola », et les avertissant d’arrêter les « troubles dans l’entreprise Coca-Cola, car il y a déjà eu bien assez de dégâts ». Dans le cas contraire, les quatre militants deviendraient des cibles militaires du groupeparamilitaire « Aguilas Negras ». Cette menace de mort était rédigée sur une feuille de papier avec un en-tête « AUC Aguilas Negras » (Auto Defensas Unidas de Colombia, Forces unies d’autodéfense colombiennes, un rassemblement de groupes paramilitaires). La lettre était censée provenir de « Aguilas Negras Front Lebrija. »
Dans une lettre du 7 juin à Amnesty International, l’entreprise Coca-Colaexpliquait qu’elle avait communiqué à plusieurs reprises avec les autorités colombiennes en lien avec les menaces reçues par les militants de SINALTRAINAL, demandant aux autorités d’ouvrir une enquête sur ces menaces et de garantir la sécurité des syndicalistes menacés.
Amnesty International n’a pas eu connaissance d’avancées significatives de ces enquêtes.
Luciano Enrique Romero Molina –SINALTRAINAL Le 11 septembre 2005, le corps de Luciano Enrique Romero Molina a été retrouvé les mains liées. Il avait reçu plus de 40 coups de couteau. Le corps a été découvert dans l’exploitation agricole de Las Palmeras, dans le quartier de La Nevada, à Valledupar, dans le nord-est de la Colombie, une zone qui serait sous le contrôle des paramilitaires. Les forces paramilitaires de la région étaientpourtant censées être engagées dans un processus de démobilisation, de décembre 2004 à mars 2006.
Luciano Romero était le dirigeant de la branche Cesar de SINALTRAINAL, et de l’organisation de défense des droits humains Comité de solidarité avec les prisonniers politiques (CSPP). Le 28 février 2002, SINALTRAINAL avait présenté une série de revendications pour améliorer les conditions de travailà l’entreprise Nestlé-CICOLAC.
Ces revendications n’ayant pas reçu de réponse favorable, le syndicat a lancé une grèce le 12 juillet 2002. Les menaces de mort des paramilitaires à l’encontre des dirigeants de SINALTRAINAL se sont intensifiées après le début de la grève. En octobre 2002, Luciano Romero a été licencié de l’usine Nestlé-CICOLAC de Valledupar, avec d’autres collègues. Luciano Romeroaurait été menacé par des groupes paramilitaires et forcé de fuir son domicile puis le pays, avant de revenir en Colombie en avril 2005.
Luciano Romero devait se rendre en Suisse pour participer à une réunion les 29 et 30 octobre 2005, en tant que témoin des menaces de mort contre les syndicalistes représentant des travailleurs des usines Nestlé en Colombie.
L’entreprise Nestlé-CICOLAC ainformé Amnesty International qu’elle avait demandé une enquête sur l’homicide de Luciano Romero.
Amnesty International n’a pas eu connaissance d’avancées significatives de cette enquête.
Alejandro Uribe – FEDEAGROMISBOL Le 19 septembre 2006, Alejandro Uribe Chacón a été tué en revenant de Mina Gallo, dans la municipalité de Morales, département de Bolívar, semble-t-il par des membres du bataillon...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Syndicalist
  • Le scout et le syndicaliste
  • Socialistes et syndicalistes à la belle epoque
  • 1/ « Germinal, affirma récemment un syndicaliste au cours d’une émission consacrée à Zola, touche les ouvriers parce que...

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !