Sythèse sur la chevalerie

Pages: 5 (1090 mots) Publié le: 13 août 2013
|BILAN SUR LA CHEVALERIE |


Les œuvres mettant en scène des chevaliers ont été produites principalement au M.A., dès le XIIe siècle, en plein florissement de la chrétienté. Cependant, leur succès s'est renouvelé à la fin du XIX et au XX par le biais des films. Il perdure de nos jours.


Il existe 3sources d'inspiration, 3 "matières" :

| |source d'inspiration |personnages |type de texte |
|matière de France |histoire récente |Charlemagne, Roland, Guillaume |chanson de geste |
| ||d'Orange | |
|matière de Bretagne |légendes celtiques |Arthur, Perceval, Lancelot, Yvain, … |roman |
|matière de Rome |histoire ancienne |César, Alexandre, Enée, |roman|
| |et mythologie | | |

LA CHANSON DE GESTE

Les œuvres médiévales ont pour auteur des clercs, des personnes instruites, qui ont une parfaite connaissance de la Bible. Ils diffusent à travers leurs textes des idées religieuses etdes symboles tirés du livre saint : la lutte du bien et du mal; le serpent/dragon qui représente les forces mauvaises; la toute-puissance de Dieu; l'importance de la vérité, le mépris du mensonge et de la fourberie.


Une chanson de geste est un long poème qui chante les exploits guerriers d'un héros. Il s'agit donc d'une épopée (voir définition ci-après). Ce texte est écrit en strophes, quel'on appelle laisses, composées de décasyllabes. Les vers ne sont pas rimés, mais assonancés : on retrouve obligatoirement le même son voyelle, mais pas nécessairement la même consonne. Ainsi, "folie" et "navire" forment une assonance sans rimer.


La chanson de Roland

Elle met en scène le neveu de Charlemagne qui a toutes les qualités : vaillance, loyauté, noblesse, mais aussi démesure :son orgueil, lié au code de l'honneur chevaleresque, l'empêche de reconnaître sa faiblesse et entraîne le massacre de l'armée. Comme le Christ, Roland donne sa vie en sacrifice pour racheter la faute et devient un modèle de chevalier chrétien.
[pic]

LE ROMAN DE CHEVALERIE voir le site http:/expositions.bnf.fr/arthur

Il s'agit de littérature courtoise. Par ce mot, il faut comprendre desécrits de cour, destinés à un public de seigneurs, de dames.
Dans les écrits courtois, les femmes tiennent une grande place et sont valorisées. L'amour y est idéalisé et devient le centre du roman, car si le chevalier se lance dans des aventures, c'est en partie pour l'amour de sa dame –qui est souvent la femme d'un autre- à laquelle il voue une passion, une adoration qui légitime tous les risques.Cependant le héros reste avant tout un chevalier, c'est-à-dire un guerrier. Il est doté de multiples qualités physiques et d'une morale exemplaire. Il accomplit un parcours initiatique : par des épreuves successives, il va sortir de l'enfance, comprendre sa valeur militaire, parfaire sa fermeté morale, mériter son rang et l'amour de sa dame. Il est toujours en quête de prouesses à accomplir,mais il vise en fait une perfection morale, symbolisée par l'obtention du Graal, ce vase mythique qui aurait recueilli le sang du Christ sur la croix, et dont il faut être digne.


L'univers du héros de chevalerie est en partie réel (il reproduit la société chrétienne du Moyen-Âge), en partie rempli de l'imaginaire celtique avec des lieux merveilleux, des objets surnaturels, des phénomènes...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Sytheses
  • Chevalerie
  • La chevalerie
  • la chevalerie
  • La chevalerie
  • Chevalerie
  • Chevalerie
  • Chevalerie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !