Témoignage d'un déporté : Maxi Librati

Pages: 5 (1246 mots) Publié le: 1 janvier 2015
 Témoignage d’un déporté : Maxi Librati

Présentation 

Maxi Librati est né en 1925 d’un père manœuvre dans une entreprise et d’une mère propriétaire d’un bistro familial, venant tous deux du Maroc et étant tous deux juifs. Il est le premier né d’une famille de 16 enfants et vit à Saint-Fons, une banlieue proche de Lyon. Ayant des parents illettrés, ne possédant pas de poste de télévisionet écoutant très peu la radio, Maxi ne connaît rien des mesures antisémites et vit de façon normale jusqu’à son arrestation le 4 juillet 1943, dans un train, suite à un contrôle d’identité de la Gestapo.

La détention

Après son arrestation, Maxi est envoyé au Fort Montluc où il est entouré par de nombreux juifs. Désespérant de voir sa famille, il décide de leur envoyer une lettre attachée àune pierre en la lançant en direction d’une gare proche du Fort. Cette tentative se résulte par un échec, et par une sévère sanction ; on le fouette jusqu’à obtenir son aveu, et on l’enferme dans une cellule individuelle pendant une dizaine de jours avec un confort plus que rudimentaire. Après trois semaines passées là-bas, le 2 septembre 1943, ils sont plus d’un millier de personnes envoyés àDrancy afin d’être acheminés par train jusqu’à Bobigny puis Birkenau, agrandissement d’Auschwitz.

Les conditions de déportation

Les juifs arrêtés sont transportés vers des wagons bestiaux, où ils sont entassés, se retrouvant à près de 100 personnes par wagon. Les conditions d’hygiène sont déplorables, ils n’y pas de véritable espace permettant aux passagers d’avoir un peu d’intimité, et desexcréments se déversent dans le train à cause des secousses produisant une odeur à la limite du supportable. Le wagon devant celui de Maxi, connaît des failles et quelques jeunes réussissent à s’échapper du train en s’échappant par des brèches au sol et en se laissant tomber à l’extérieur. Mais les forces allemandes se rendent très vite compte des évènements, déclenchent l’alarme et arrêtent letrain. Ils tuent les fugitifs et font descendre le reste des passagers du convoi. On les contraint à se déshabiller, on leur enlève leurs vêtements et on ne leur fournit qu’une mince couverture avant de les remonter. Arrivés au camp de Birkenau, des camions chargent les personnes victimes de cet incident pour les mener directement dans une chambre à gaz.

La sélection

On sépare les passagers endifférentes catégories (personnes âgées, femmes, enfants, etc…) Parmi les jeunes gens restants, on en choisit 250 que l’on juge utiles dont Maxi (qui est serrurier forgeron) et on les envoie en quarantaine. Ils y restent près de 3 semaines, puis on les envoie en quarantaine. Ils y restent près de 3 semaines, puis on les transfère en direction d’un ghetto de Varsovie.

Le transfert à VarsovieMaxi ainsi que ses compagnons sont réveillés à l’aube le jour du transfert. Ils pensent d’abord être emmenés dans une chambre à gaz, mais on les conduit finalement vers une gare afin de prendre un train pour Varsovie. Cette ville a été presque entièrement détruite en juin 1943, et n’est désormais plus qu’un champ de ruines. On a sélectionné près de 3500 déportés afin de récolter le reste de matièrepremière encore présent, comme de la brique, du plomb, du bois, indispensables aux yeux de l’Allemagne. Là-bas est construit un camp afin d’accueillir ces travailleurs éphémères. Ils sont très peu nourris et ont plus ou moins de soupe et de légumes selon les relations qu’ils entretiennent avec le chef de cuisine. Leurs repas se résument à une petite quantité de café le matin, du potage àmi-journée, et un morceau de pain le soir venu. Ils sont tous dirigés par des entrepreneurs, ou des polonais venant de l’extérieur, et sont sous étroite surveillance contrôlés par des SS armés. Maxi Librati fait la connaissance de l’un des premiers déportés, avec qui il se lie d’amitié et qui finit par lui proposer d’intégrer le Todtkommando.

Le Todtkommando

Varsovie ne possédant pas de crématoire,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Commentaire sur le témoignage d'un combattant
  • Témoignages d'un observateur
  • Analyse témoignage d'un assistant
  • A quoi reconnait on la valeur d'un témoignage
  • Analyse et présentation d'un témoignage de ford sur son usine et sur le fordisme.
  • Maxi
  • Témoignage
  • temoignage

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !