Tahar Ben Jelloun Le premier amour est toujours le dernier 1995

Pages: 24 (5765 mots) Publié le: 30 septembre 2015
 

https://www.facebook.com/LesLecturovores 
 

 

Tahar Ben Jelloun 
Le premier amour est toujours le 
dernier 
 

 
1 L’amour fou 
Cette  histoire  est une fiction. Je  l’ai  imaginée  un jour  que  je  me  trouvais 
sur  la  terrasse  du Mirage,  au­  dessus  des  grottes d’Hercule à Tanger. Mon 
ami  A.  m’avait  prêté  un  bungalow  pour  prendre  un  peu  de  repos  et 
éventuellement écrire.  Face  à  l’immense  étendue d’une  plage  où viennent 
s’échouer  des  vagues  de  l’océan  Atlantique,  dans  ce  désert  de  sable  et 
d’écume un  palais  a  été  construit  en quelques  mois.  Je ne  sais pas à qui il 
appartient.  Les  gens disent  que c’est  la  cabine  de  bain  d’un  prince lointain 
amoureux  de la  mer  et du silence de cette région. D’autres l’attribuent à un 
armateur  grec  qui,  ne  supportant  plus  la  mer  Méditerranée,  a  choisi  cet 
endroit  pour  finir  ses  jours  et  surtout  pour  échapper  à  la  justice  de  son 
pays. 
Ici la  mer  est  bleue. La mer est verte. Sa chevelure est blanche. En face, 
la cabine  de  bain du  prince  ou  de l’armateur a  pris  les teintes du sable. Ce 
n’est  pas  hideux. C’est  incongru,  comme  cette histoire que j’ai inventée  un 
soir en écoutant une chanteuse à la radio. 
La rumeur l’a attribuée à une chanteuse ou à une danseuse qui a 
vraiment existé. Je n’ai pas cherché à vérifier. Les gens adorent raconter et 
se raconter des histoires. Celle­là en est une parmi d’autres. 
Que  personne  n’aille  s’identifier  à l’un des personnages. Toute fiction est 
un  vol  de  la  réalité  et  il  lui  arrive  d’y retourner  et  de  s’y  confondre.  Un 
journal  du  Proche­Orient  a  parlé dernièrement d’une actrice égyptienne qui 
aurait disparu.  Un  autre  magazine  a suggéré  que  ladite  comédienne  aurait 
tout inventé pour qu’on parle d’elle. 
Cette  histoire  est  arrivée  il  y  a  quelques  années,  à  l’époque  où  le  pays 
ouvrait  généreusement ses portes à  des  visiteurs  d’un type particulier,  des 
hommes  qui  se  déplaçaient  du  fin  fond  du  désert  d’Arabie  pour  s’offrir 
quelques  nuits  de  luxure.  Des  nuits  blanches  où  les  vapeurs  d’alcool 
enrobaient  les  regards  vitreux d’hommes qui avaient l’habitude de caresser 

leur  ventre  proéminent  ou  lissaient  leur  barbichette  clairsemée  sur  un 
visage  bruni  par  la  lassitude.  Ils  n’aimaient  pas  s’asseoir mais  laissaient 
leur  corps  se  lover  entre  de  grands  coussins  recouverts  de  satin.  Ils 
dédaignaient  les  canapés  de  cuir  ;  certains posaient  leur  séant  sur  le  bord 
puis  glissaient  jusqu’à  se  retrouver  à  même  les  tapis  de  laine  épaisse. Ils 
prenaient  leurs  aises,  commandaient  sans  parler,  juste  en  faisant  des 
signes  de  la  main  ou  des  yeux.  Les serviteurs  connaissaient  le  sens  de 
chaque  signe,  ce n’était  pas compliqué :  le pouce levé vers la bouche pour 
demander  à  boire  ;  la main ouverte balayant l’espace d’un mouvement bref 
pour  demander  aux  musiciens  de  commencer  ;  le  même  geste  mais  en 
sens  contraire  pour  arrêter  la  musique  ;  le  doigt  tendu  en  direction  des 
coulisses pour  faire  entrer  les danseuses  ;  l’œil se  tournant vers  une  porte 
dérobée pour réclamer la chanteuse, etc. 
Quand  ils  parlaient,  ils  murmuraient  entre  eux  des  choses 
incompréhensibles.  Ils  utilisaient  un  dialecte  propre  à  certaines  tribus  de 
bédouins.  Ni  les  serviteurs  ni  les  musiciens  ne  devaient  comprendre.  Ils 
avaient  un  code  à  eux.  Mais  tout  le  monde  sentait,  derrière ces  mots, 
l’arrogance,  le  mépris  et  un  désir  d’humiliation  gratuit.  Les  serviteurs 
exécutaient leur tâche en silence. Ils savaient qu’ils avaient affaire à 
 

 

des  gens particuliers.  Pour  eux  c’était  un  travail comme  un autre,  sauf que 
l’exigence  de  ces  bédouins  vite  enrichis  était  insupportable.  Les  verres 
devaient être remplis  tout  le ...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Tahar Ben Jelloun Le 1er Amour Est Tjrs Le Dernier
  • Tahar ben jelloun
  • Biographie de tahar ben jelloun
  • Tahar ben jelloun
  • Tahar ben jelloun
  • Tahar ben jelloun
  • Tahar ben jelloun
  • Tahar ben jelloun

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !