Taureau blanc

1261 mots 6 pages
"Tous ces contes-là m'ennuient, répondit la belle Amaside, qui avait de l'esprit et du goût. Ils ne sont bons que pour être commentés chez les Irlandais par ce fou d'Abbadie, ou chez les Welches par ce phrasier d'Houteville. Les contes qu'on pouvait faire à la quadrisaïeule de la quadrisaïeule de ma grand-mère ne sont plus bons pour moi, qui ai été élevée par le sage Mambrès, et qui ai lu l'Entendement humain du philosophe égyptien nommé Locke, et la Matrone d'Ephèse. Je veux qu'un conte soit fondé sur la vraisemblance, et qu'il ne ressemble pas toujours à un rêve. Je désire qu'il n'ait rien de trivial ni d'extravagant. Je voudrais surtout que, sous le voile de la fable, il laissât entrevoir aux yeux exercés quelque vérité fine qui échappe au vulgaire. Je suis lasse du soleil et de la lune dont une vieille dispose à son gré, et des montagnes qui dansent, et des fleuves qui remontent à leur source, et des morts qui ressuscitent; mais surtout quand ces fadaises sont écrites d'un style ampoulé et inintelligible, cela me dégoûte horriblement. Vous sentez qu'une fille qui craint de voir avaler son amant par un gros poisson, et d'avoir elle-même le cou coupé par son propre père, a besoin d'être amusée; mais tâchez de m'amuser selon mon goût.
- Vous m'imposez là une tâche bien difficile, répondit le serpent. J'aurais pu autrefois vous faire passer quelques quarts d'heure assez agréables; mais j'ai perdu depuis quelque temps l'imagination et la mémoire. Hélas! où est le temps où j'amusais les filles? Voyons cependant si je pourrai me souvenir de quelque conte moral pour vous plaire.
"Il y a vingt-cinq mille ans que le roi Gnaof et la reine Patra étaient sur le trône de Thèbes aux cent portes. Le roi Gnaof était fort beau, et la reine Patra encore plus belle; mais ils ne pouvaient avoir d'enfants. Le roi Gnaof proposa un prix pour celui qui enseignerait la meilleure méthode de perpétuer la race royale.
La faculté de médecine et l'académie de chirurgie firent d'excellents

en relation

  • Le taureau blanc
    11880 mots | 48 pages
  • Taureau blanc
    377 mots | 2 pages
  • Le taureau blanc
    1474 mots | 6 pages
  • Le taureau blanc
    611 mots | 3 pages
  • Taureau blanc
    340 mots | 2 pages
  • Le taureau blanc de voltaire
    1016 mots | 5 pages
  • Le taureau blanc voltaire 1774
    312 mots | 2 pages
  • "Taureau blanc" de voltaire, usage de l'apologue
    513 mots | 3 pages
  • Question de corpus « Le Savetier et le Financier », « Le Taureau Blanc », « Les Vraies Richesses »
    632 mots | 3 pages
  • - Vous montrerez que candide souligné de voltaire rempli la fonction d’apologue tel que lui-même la définit dans son conte le taureau blanc.
    3088 mots | 13 pages