Testament

255 mots 2 pages
Le Testament est initialement publiée dans la revue Gil Blas du 7 novembre 1882, sous le pseudonyme Maufrigneuse, puis repris dans le recueil Contes de la bécasse en 18831. La nouvelle est dédiée à Paul Hervieu.
Résumé[modifier | modifier le code]

Le narrateur, intrigué par le fait que son ami René de Bourneval ne porte pas le même nom que ses frères, obtient de lui une confidence sur ses origines.
Sa mère, Mme de Courcils, était mariée à un gentilhomme de campagne, un rustre qui l’avait épousée pour son argent et qu'il trompait avec les servantes, les filles et les femmes de ses fermiers. Elle eut pourtant deux garçons de lui, qui ont, tout comme leur père, toujours considérés leur mère comme une espèce de bonne.
Mme de Courcils, de nature craintive, délicate et aimante, tomba amoureuse M. de Bourneval. De cette union naît René, le seul fils qui l’aima et qu’elle aima.
René a dix huit ans quand sa mère meurt. Il est convoqué à la lecture du testament avec ses demi-frères, celui qu’il croit être son père, et M de Bourneval. Le notaire commence la lecture : Mme de Courcils règle ses comptes avec son mari et ses deux fils, elle n’a point été aimée, elle ne leur doit rien ; elle lègue toute sa fortune à son amant pour qu’il la transmette à leur fils René.
M. de Courcils insulte M. de Bourneval, ce dernier le provoque en duel et le tue. René part vivre avec son père et prend son

en relation

  • Testament
    428 mots | 2 pages
  • Testament
    342 mots | 2 pages
  • Le testament
    2440 mots | 10 pages
  • Testament
    4009 mots | 17 pages
  • Mon testament
    2001 mots | 9 pages
  • Mon testament
    489 mots | 2 pages
  • Testaments
    16451 mots | 66 pages
  • Le testament au québec
    425 mots | 2 pages
  • Le nouveau testament
    597 mots | 3 pages
  • Héritage et testament
    3487 mots | 14 pages