Théorie des jeux

5805 mots 24 pages
Le dilemme du prisonnier Deux prisonniers sont interrogés séparément par un officier de justice. Arrêtés pour un petit délit pour lequel ils risquent une année de prison, ils sont également soupçonnés d'être les auteurs d'un délit bien plus important pour lequel ils risquent dix ans de prison. Les policiers n'ont cependant aucune preuve quant à' ce deuxième délit. Chacun d'entre eux se voit une remise de peine de un an ou se taire. Ainsi, s'ils se taisent tous les deux, ils seront condamnés pour le petit délit à un an chacun. Si l'un des deux seulement témoigne contre son camarade il sera gracié, et son camarade sera condamné à dix ans de prison. Confrontés à ce choix et sans possibilité de communiquer l'un avec l'autre, nos deux complices se retrouvent confrontés à une situation que la théorie des jeux a stigmatisée sous le nom de « dilemme du prisonnier ». Plus généralement, il s'agit d'une situation où chaque individu a à choisir entre une stratégie pacifique (ici, ne pas dénoncer) et une stratégie agressive (dénoncer) où la paix est préférable à la guerre ouverte mais où une attaque surprise (ici, dénoncer sans être dénoncé) est payante. Chacun des prisonniers peut alors faire le raisonnement suivant: soit l'autre ne me dénonce pas soit il me dénonce. S'il ne me dénonce pas, j'ai intérêt à le dénoncer et je serais alors libre. S'il me dénonce, j'ai intérêt à le dénoncer aussi pour avoir une remise de peine et être condamné à neuf ans au lieu de dix. Ainsi, chacun a intérêt à dénoncer l'autre. C'est ce que l'on appelle un équilibre en stratégies dominantes. On se retrouve alors dans la situation où chacun des prisonniers est condamné est à neuf ans de prison, alors que si chacun s'était abstenu de dénoncer l'autre, ils n'auraient été condamnés qu'à un an de prison. Ainsi, dans une situation où l'un des deux prisonniers n'est pas assuré des intentions pacifiques de l'autre, il a intérêt au nom de l'intérêt individuel à opter pour une stratégie agressive alors

en relation

  • théorie des jeux
    7506 mots | 31 pages
  • La théorie des jeux
    555 mots | 3 pages
  • theorie des jeux
    10665 mots | 43 pages
  • la théorie des jeux
    2084 mots | 9 pages
  • Théorie des jeux
    9874 mots | 40 pages
  • théorie des jeux
    3968 mots | 16 pages
  • Theorie des jeux
    5211 mots | 21 pages
  • Théorie des jeux
    583 mots | 3 pages
  • La théorie des jeux
    4206 mots | 17 pages
  • Théorie des jeux
    5032 mots | 21 pages