Théorie des organisations

1660 mots 7 pages
THEORIE DE L'AGENCE

Relation d’agence : « Une relation d’agence est un contrat par lequel une ou plusieurs personnes (le principal, ou le mandant) engagent une autre personne (l’agent, ou mandataire) pour exécuter en son nom une tâche quelconque qui implique la délégation d’un certain pouvoir de décision à l’agent » (Jensen & Meckling, 1976)
–Ex: relations actionnaires / dirigeants
–La relation d’agence est un contrat
–La firme est vue comme un « nœud de contrats »

Corps de la théorie

Sous les hypothèses de rationalité limitée et d’asymétries d’information, on a le raisonnement suivant :
–Le principal et l’agent n’ont pas forcément les mêmes intérêts
–Il existe une asymétrie d’information en faveur de l’agent, quant aux moyens dont il dispose pour réaliser le mandat et pour évaluer sa réalisation
–Le principal encourt donc un risque moral (si comportement opportuniste de l’agent) qu’il va chercher à limiter oSoit en recourrant à un contrat complet (est-ce possible?) oSoit en recourrant à des mécanismes de surveillance (coûts d’agence) oSoit en recourrant à des mécanismes d’incitation particuliers

Apports et limites

Apports
–Explication des comportements d’agence
Exemple : la vente de biens immobiliers (Freaknomics, pp. 18-22; pp. 100-106)
–Evolution des moyens d’incitation et des types de contrats pour faire coïncider les intérêts du principal et de l’agent ?
Stock-options, Parts variables…
Franchise
Exemple : Manchester
Limites
–Prise en compte des modes de contrôles hiérarchiques
–Focus sur les incitations externes : substitution avec la motivation interne (« crowding out effect »)

Crowding effect

Attention ! Différent du crowding effect en macro-éco
Deux types de motivation au travail
–Motivation intrinsèque : générée par l’engagement et/ou le plaisir au travail (bénéfice moral)
–Motivation extrinsèque : générée par les incitations externes
Crowding-out effect (effet d’éviction) : substitution de la MI par la ME

en relation

  • Théorie des organisations
    731 mots | 3 pages
  • Théorie des organisations
    11614 mots | 47 pages
  • Théorie des organisations
    4883 mots | 20 pages
  • Theorie des organisation
    11434 mots | 46 pages
  • Théorie des organisation
    4272 mots | 18 pages
  • Théorie des organisations
    486 mots | 2 pages
  • Théories des organisations
    4797 mots | 20 pages
  • théorie des organisation
    11983 mots | 48 pages
  • Théorie des organisations
    2035 mots | 9 pages
  • La théorie des organisations
    5123 mots | 21 pages