Theses Reel Photo Cm9

611 mots 3 pages
Le réel, la ressemblance et la photographie

Les premiers arts picturaux seraient apparus à cause de ce qu'on appelle le complexe de la momie, qui est le besoin fondamental de l'homme de se défendre contre le temps destructeur. L'image devient alors un substitut magique de la représentation, qui exorcise le temps, sauve l'être de la mort.

I - André Bazin : Onthologie de l'image photographique (1945)

L'invention de la photographie entre dans cette idée, et d'après Bazin, le sauvetage de l'essence du vivant est complètement accompli. Car pour lui, la chose s'exprime alors à travers une image qui est tellement ressemblante qu'elle donne l'illusion du réel. Cela serait possible car l'homme n'intervient pas dans la création de l'image. puisqu'elle est mécanique, elle est donc objective.

« Pour la première fois, entre l'objet et sa représentation, rien ne s'interpose sinon un autre objet : l'oeil mécanique de l'objectif »

Pour ce théoricien, ce n'est plus une représentation du réel mais le réel même, car il sagit d'une emprunte laisser par l'objet. Cet aboutissement de la ressemblance n'est autre que le produit d'une croyance née chez les hommes qui firent les premières images : face à une image objective, on est obligé de concevoir que le sujet a exister un jour.

A partir de la création de la photographie, les arts se sont libérés de l'obsession de la ressemblance. Selon Bazin, c'est une conséquence de cette invention.

II - Roland Barthes, La chambre claire, 1980 : le « ça-a-été »

Selon Barthes, il y a un message sans code dans la photographie, une trace, une emprunte laissé par le réel qui nous atteint et nous y rattache. La photo est une continuité de la forme initiale qui pourtant fait partie du passé. « Ca a été » réel, et on ne peut pas le nier.

http://clicnet.swarthmore.edu/litterature/moderne/barthes/ch.html (petit extrait de la pensée de Roland Barthes qui complète ce cours)

III – Benjamin (1930) La photographie, selon lui, s'opposerait à cette

en relation