Tobie nathan l'influence qui guérit

Pages: 7 (1549 mots) Publié le: 11 août 2011
"La perte de réalité dans la névrose et la psychose", Sigmund Freud (1924)

Dans cet article paru en octobre 1924, Sigmund Freud poursuit une réflexion sur les points communs et les différences entre la névrose et la psychose suite à son précédent article « Névrose et psychose », paru la même année.
A partir de ces travaux antérieurs, Freud affirme donc que dans la névrose le moi réprime unepartie du ça par allégeance au monde extérieur, tandis que dans la psychose le moi est au service du ça et se retire d’une partie de la réalité. La névrose serait ainsi conditionnée par l’influence du monde extérieur et la psychose par celle du ça.
Freud remarque que cette hypothèse n’est pas corroborée par son expérience clinique, car une névrose perturbe le rapport du malade à la réalité, et estmême pour lui un moyen de se retirer de la vie réelle, de la fuir. Le psychanalyste résout cette contradiction en mettant en perspective différents processus composant la névrose.
Ainsi, la situation de départ de la névrose, constituée par le refoulement d’une motion pulsionnelle pour répondre aux exigences de la réalité, entraîne des processus de compensation des dommages subis par le ça.C'est-à-dire que le relâchement du rapport à la réalité est la conséquence de cette seconde étape de réaction contre le refoulement aboutissant à l’échec de celui-ci. En outre, Freud prévoit que le morceau de réalité occulté concernera précisément l’exigence du monde extérieur qui a induit le refoulement pulsionnel.
Freud retombe sur ses pieds, puisqu’il ne fait que rappeler la caractérisation de lanévrose par l’échec du refoulement, le retour du refoulé, qu’il avait établi auparavant. De même, le traumatisme déclenchant la névrose est refoulé par les malades qui se détournent des expériences semblables qui se présentent à eux, tout en « livrant à l’amnésie » l’expérience initiale.
Freud revient sur un cas des « Etudes sur l’hystérie » afin d’illustrer son propos. Une jeune fille amoureuse deson beau-frère, à la mort de sa sœur, pense à épouser son beau-frère. Elle réprime cette idée, l’oublie, ce qui entraîne un processus de régression jusqu’aux douleurs hystériques. Ici la névrose tente de liquider le conflit en dévalorisant la modification réelle par le refoulement de la revendication pulsionnelle, l’amour pour le beau-frère. A l’inverse, la réaction psychotique aurait consisté àdénier la mort de la sœur elle-même et non les conséquences de cette mort.
Freud raisonne par une analogie entre névrose et psychose. Si dans la névrose deux étapes se succèdent, on devrait retrouver dans la psychose des processus analogues. La première étape de la psychose déconnecterait donc le moi de la réalité sous l’influence du ça, et la seconde tenterait de réparer le dommage enréinstaurant le rapport à la réalité. Les observations de Freud confirment en effet cette hypothèse.
Le psychanalyste abandonne ici l’analogie, pour se contenter d’une « similitude de sens des processus », à savoir le caractère de réparation de la seconde étape pour la névrose et la psychose. La perte de réalité psychotique sera compensée par la création autocratique d’une nouvelle réalité, plussupportable que celle qui a été délaissée, plus conforme aux désirs du ça. Cette compensation ne se fait donc pas aux dépens du ça, comme dans la névrose aux dépens du réel.
Freud en déduit que cette seconde étape est portée par les mêmes tendances dans la névrose comme dans la psychose, et que ces tendances servent dans les deux cas les « aspirations de puissance du ça », opposées à la contrainte du réelet au déplaisir du ça.
La 1re étape est ainsi décrite par Freud comme différenciant la névrose et la psychose, contrairement à la seconde étape de tentative de réparation.
Dans la névrose un morceau de réalité est évité par la fuite, alors que dans la psychose ce morceau est reconstruit. Freud explicite cette différence par l’expression de la situation initiale dans le résultat final. Le...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Résumé: "l’influence qui guérit" de tobie nathan
  • nathan
  • Nathan
  • Nathan.
  • Nathan
  • nathan
  • Nathan
  • nathan

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !