"Tout poème exhaltant une liberté volontairement indéfinie quand celle-ci n'est pas décorée d'attributs nationalistes ou religieux cesse d'abords d'être un poème" b.perret

Pages: 6 (1257 mots) Publié le: 25 avril 2010
Beaucoup de poètes ont utilisé leur art au service d'une cause, d'une idée. C'est ce que réprouve Benjamin Péret dans le deshonneur des poètes : «tout «poème» qui exalte une «liberté» volontairement indéfinie,(...) cesse d'abords d'être un poème» . Ainsi pour Benjamin Péret, la poésie se trouve-t-elle dégradée et perd même son statut de poésie si elle sert une cause politique ou sociale.
Lapoésie est-elle compatible avec l'engagement personnel du poète?
Dans une première partie on analysera le point de vue de Benjamin Péret et dans une deuxième on nuancera son propos.

Benjamin Péret est un écrivain surréaliste de la première moitié du Xxème siecle. Il écrit le deshonneur des poètes en réponse à un recueil de poèmes publié dans le cadre de la Résistance et signé par Paul Eluard,l'honneur des poètes. Ce texte s'inscrit dans un contexte bien précis, celui de la seconde guerre mondiale, de l'occupation allemande. Durant cette période, beaucoup de poètes ont mis leur art au service de la France, ont utilisé la poésie comme moyen de résistance.
Parmi eux on retrouve Louis Aragon qui écrit la Rose et le Réséda, poème qui évoque l'union des Hommes, malgré leurs différences, aunom de leur patrie, au nom de la liberté.

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats

Dans cet extrait, on comprend que «la belle prisonnière des soldats» désigne la France occupée par les Allemands. Les deux hommes dont parle le poème ont un amour pour la France qui leur permet de dépasser leurs différences.
Benjamin Péretreproche à ces poètes d'avilir la poésie. Pour lui un poème ne peut être au service d'une idée. Ici, il s'agit de libérer la France de ses occupants, de retrouver la liberté. Bien que cette cause soit une cause « juste », il n'est pas justifié aux yeux de Benjamin Péret que la poésie participe à ce débat car elle tombe alors dans l'action politique ou sociale. Pour lui le fait même d'évoquer laguerre dans une poésie est une marque d'engagement qui vient dénaturer l'idée même de poésie. Aussi considère-t-il que Guillaume Apollinaire, poète naturalisé français, mort en 1918 des suites de ces blessures reçues au front, commet une erreur en traitant la guerre comme un sujet poétique bien qu'il n'exprime pas de sentiments religieux ou nationalistes dans ces poèmes tel que : si je mouraislas-bas:

Si je mourais là-bas sur le front de l'armée
Tu pleurerais un jour, Ô Lou ma bien-aimée
Et puis mon souvenir s'éteindrait comme meurt
Un obus éclatant sur le front de l'armée
Un bel obus semblable aux mimosas en fleur

Et puis ce souvenir éclaté dans l'espace
Couvrirait de mon sang le monde tout entier
La mer, les monts, les vals et l'étoile qui passe
Les soleils merveilleuxmûrissant dans l'espace
Comme font des fruits d'or autour de Baratier

Dans ce poème, Apollinaire écrit à sa bien-aimée, Lou, originaire de Baratier, alors que lui est au front. Il connait les horreurs de la guerre et évoque sa propre disparition dans ce poème.

De plus, la liberté défendue par les poètes de l'honneur des poètes estcelle de la France, ce qui suppose la défaite des occupants.Autrement dit la libération des opprimés entraine l'emprisonnement des ennemis. Cette liberté perd alors son caractère universel. Or, pour Péret, la liberté dégagée par un texte poétique se doit d'être «entière» et d'être accessible à tous. La liberté est associée à la poésie, elle doit rester indépendante de tout contexte historique, social ou politique.
Benjamin Péret paraphrase Marx en disant :« la poésie n’a pas de patrie puisqu’elle est de tous les temps et de tous les lieux. »
On comprend donc que pour lui, la poésie ne doit pas être soumise à un contexte historique, ici celui de la guerre, mais être complètement indépendante. C'est pourquoi Benjamin Péret critique également le poème Liberté de Paul Eluard. En effet celui-ci n'est pas explicitement nationaliste mais, rattaché à...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Poème liberté, paul éluard
  • Anlayse Poeme Liberte
  • Poème a celle qui est trop gaie
  • Analyse du poème liberté de paul eluard
  • Poême
  • Poéme
  • Poeme
  • poème

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !