Tpe brasserie gruber de melun

1452 mots 6 pages
THEME
ENTREPRISES ET STRATEGIES TERRITORIALES

SUJET
LA BRASSERIE GRUBER

David Gruber a-t-il eu raison de choisir Melun pour y implanter son entreprise ?

I. Une brasserie Melunaise rachetée par un inventeur chimiste strasbourgeois
II. Les stratégies mises en œuvre pour développer l'entreprise
III. L'évolution de l'entreprise familiale

Introduction

La brasserie Barthel, situé au 2 avenue Général-Leclerc à Melun a été rachetée peu après la guerre franco-allemande et durant la seconde révolution industrielle par un alsacien, nommé David Gruber, qui désirait créer une entreprise annexe à celle qu'il a fondé près de Strasbourg. Cette entreprise a perdurée jusqu'au début de la Vème République.

I°/ Une brasserie melunaise rachetée par un inventeur chimiste strasbourgeois

a) Fondation d'une usine analogue

David Gruber est un inventeur chimiste alsacien. En 1855, il créa une brasserie à Kœnigshoffen, près de Strasbourg. Souhaitant répandre la consommation de la bière à Paris, il voulu créer une entreprise analogue à la première, mais il meurt en 1880.

C'est sa femme Sophie Gruber, entourée des collaborateurs de son mari, qui racheta la brasserie Barthel de Melun en 1887, au 2 avenue Général-Leclerc : c'était là que David Grüber était venu travailler en 1870 pour améliorer les techniques de brassages. Sophie fit transformer la brasserie par de grands travaux.

b) Réaménagement de la brasserie

Dès 1888-1889, la nouvelle brasserie est construite avec les nouveaux matériaux de l'époque : le fer et le verre. Elle était située sur les anciennes caves de la brasserie Barthel. Ce nouvel établissement est grandiose : il s'étend sur près de quatre hectares. Les deux bâtiments principaux étaient : la brasserie et les silos à malt. L’entreprise comprend aussi des nouvelles caves voutées de deux étages à une profondeur de quinze mètres et des cuves de conserves. Les matériaux utilisés pour la conception de l’usine avait été étudiés de

en relation

  • Guide la mobilité
    55141 mots | 221 pages