Tpword

549 mots 3 pages
-------------------------------------------------
MISE EN POSITION 1. Degrés de liberté : définitions.

Tout solide dans l’espace possède 6 degrés de liberté, dont 3 translations suivant les axes X, Y, Z et 3 rotations suivant ces mêmes axes. En fabrication, l’isostatisme, c’est l’étude de la suppression des degrés de liberté d’un solide.
-------------------------------------------------
Remarque : il ne faut pas confondre la mise en position (qui correspond à l’isostatisme-MIP et le maintien de la pièce par un serrage (MAP)
Pour supprimer les degrés de liberté, il suffit d’utiliser une ou plusieurs liaisons qui s’opposent aux mouvements.
-------------------------------------------------
La pièce doit être positionnée par rapport à la machine dans une situation telle que l’on puisse réaliser plusieurs pièces identiques. 2. Problématique Sur une série de pièce parallélépipédique, il faut percer un trou respectant les cotes A et B
Pour réaliser le perçage il suffit de s’appuyer sur les surfaces de référence des cotes A et B

Mais les pièces ne sont pas toutes identiques, et pourront prendre différentes positions. Les cotes A et B ne seront pas respectées.

Quelle mise en position permet d’avoir une mise en position de pièce UNIQUE ?
La pièce est en liaisons appui plan avec la feuille, donc on supprime 3 degrés de libertés (1 translation Tz et 2 rotation Rx Ry). Il reste 3 degrés de liberté à éliminer.
En s’appuyant sur les surfaces de référence des cotes A et B on supprime 2 translations (Tx, Ty), mais 2 fois le même degré de liberté (Rz).
ATTENTION, on ne doit pas supprimer plusieurs fois le même degré de liberté. La mise en position est hyperstatique.
-------------------------------------------------
Un peu de réflexion nous amène à choisir la liaison ponctuelle et la liaison linéaire rectiligne placées sur les surfaces de référence.

3. Symbole de base Chaque contact est représenté par un vecteur normal (perpendiculaire) à la

en relation

  • Bts cgo
    514 mots | 3 pages