Traité de la réforme de l'entendement de Spinoza

Pages: 9 (2104 mots) Publié le: 1 septembre 2014
TRAITÉ DE LA REFORME DE L’ENTENDEMENT
SPINOZA


Le bien que les hommes désirent ordinairement.

(1)
Evénements ordinaires de la vie commune : vains et futiles
→ Résolution de rechercher s’il existe un bien véritable et capable de se communiquer aux hommes, qui permette l’éternel et le suprême bonheur, «une joie continue et souveraine»
Imprudence nécessaire qui consiste à renoncer à deschoses certaines pour un objet encore incertain
Impossible de diriger sa vie vers une nouvelle règle sans modifier l’ordre actuel de ma conduite, m’écarter de mes habitudes communes.
Les hommes placent leur souverain bonheur dans trois objets : la richesse, l’honneur et le plaisir des sens (ie richesse, réputation et volupté)
Volupté : après le plaisir, la jouissance vient la tristesse(trouble). Repentir
Richesse et honneur occupent l’esprit tout entier lorsqu’on les conçoit comme le souverain bien. Pas de repentir, car plus on possède ces avantages, plus on éprouve de joie, donc on est poussé à les accroître.

(2)
Donc nécessité d’un choix : abandonner le certain pour l’incertain
MAIS : il s’agit finalement de quitter des maux certains pour un bien certain (il fallait chercher detoutes ses forces un remède, même incertain, comme le fait un malade qui, atteint d’une maladie mortelle, rassemble toutes ses forces pour trouver un remède, remède dans lequel il place toute son espérance)
→ Tous les objets que poursuit le vulgaire ne fournissent aucun remède capable de contribuer à la conservation de notre être, et en réalité ils y font obstacle.

(3)
Multitude d’hommes qui,à cause de leurs richesses, ont souffert la persécution et la mort/qui ont souffert mille maux pour faire leur réputation ou la défendre/qui ont hâté leur mort par un excessif amour de la volupté.
Cause de tout ce mal : notre bonheur et notre malheur dépendent exclusivement de la nature de l’objet que nous aimons (rejet de l’amour pour les choses périssables).
Exemple de l’amour, bien si digned’envie vers lequel doivent tendre tous nos efforts, parce que son objet a quelque chose d’éternel et d’infini qui nourrit notre âme d’une joie pure et non de tristesse.


Le bien véritable et suprême.

(4)
Alors que Spinoza méditait sérieusement une règle nouvelle, mon esprit commença à se détourner des passions, ce qui lui permit de comprendre qu’il existait un remède à ces maux. A mesureque la nature du vrai bien lui fut connue, les moments de quiétude de son esprit se furent toujours plus longs et fréquents.
Richesse, volupté et gloire sont d’autant plus funestes qu’on les considère comme des moyens (moyens du bonheur), qu’on ne les cherche pas pour eux-mêmes. Ils peuvent être d’un grand secours pour atteindre le souverain bien s’ils ne sont perçus que comme un moyen.

(5)Le bien et le mal se disent d’une façon relative (un seul et même objet peut être appelé bon ou mauvais selon le rapport sous lequel on le considère), de même pour la perfection et l’imperfection. Rien ne peut être dit parfait ou imparfait, et ce surtout parce que tout ce qui arrive arrive selon l’ordre éternel et les lois fixes de la nature.
L’humaine faiblesse ne saurait atteindre cet ordreéternel par la pensée car l’homme conçoit la nature humaine comme très supérieure à la sienne où rien ne l’empêche de s’élever, et c’est pourquoi il cherche tous les moyens possibles pour s’élever à la perfection.
Il appelle «vrai bien» ce qui lui permettrait d’accéder à la perfection, et le souverain bien serait entrer en possession, si possible, de cette nature supérieure.
Cette nature estconstituée de la connaissance de l’union de l’âme avec la nature tout entière.
Ainsi, la fin vers laquelle je dois tendre est d’acquérir cette nature humaine supérieure et faire tous mes efforts pour que beaucoup d’autres l’acquièrent avec moi : mon bonheur est d’autant plus grand que d’autres s’élèvent aux mêmes pensées que moi, pour que leur entendement et leurs désirs soient en accord avec les...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Plan du traité de la réforme de l'entendement de spinoza
  • Le traité de l'entendement de Spinoza
  • Spinoza traité théoloico-politique
  • Traité théologico-politique de spinoza
  • Spinoza Traité Théologico-politique
  • Traité théologico-politique de spinoza
  • Spinoza, traité théologico-politique
  • Spinoza-traité théologico-politique

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !