Tramay rabat salé

2081 mots 9 pages
PRÉSENTATION
Portant sur une zone globale de 6 000 ha, l'aménagement de la Vallée du Bouregreg vise à réhabiliter et promouvoir les rives du fleuve Bouregreg pour offrir un lieu de vie agréable aux habitants de Rabat et Salé. Ce projet structurant repose sur la création de nouveaux espaces urbanistiques en harmonie avec l'histoire et l'environnement du site, la construction d'ouvrages de transport public, ainsi que la mise en place de divers aménagements hydrauliques et portuaires. La Vallée du Bouregreg ne sera plus à terme un simple lieu de transit, mais une cité à part entière.

Après quatre ans d’études, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a donné, en janvier 2006, le coup d'envoi officiel des travaux d'un plan d’aménagement digne de la capitale du Royaume. Un aménagement respectueux du caractère prestigieux de ce site chargé d’histoire, qui tout en prêtant attention à sa préservation, fasse preuve de créativité et d’audace. La maîtrise d'ouvrage a été confiée à l'Agence pour l'Aménagement de la Vallée du Bouregreg, un établissement public créé sur instigation royale, et dont le texte de loi est publié au Bulletin Officiel. Le financement du projet met à contribution aussi bien le secteur privé que le secteur public: budget de l’Etat, prêts publics, investissements privés et dons.

Quatre grands axes commandent la politique d’intervention sur cet espace exceptionnel :
• La protection de l’environnement de la vallée ;
• La démarche sociale et l’action citoyenne ;
• La préservation et la réhabilitation du patrimoine ;
• L’amélioration du cadre de vie des populations de l’agglomération.

Depuis le lancement officiel du projet, les travaux d’aménagement de la Vallée du Bouregreg ont principalement porté sur les deux premières séquences, dénommées Bab Al Bahr et Al Saha Al Kabira. Le Projet Bouregreg compte néanmoins quatre autres séquences appelées à connaître le même traitement dans le cadre d’une démarche globale et intégrée.

MISSIONS

L’Agence pour

en relation

  • Un secret de philippe grimbert
    89442 mots | 358 pages