Travail sur les brouillions d'auteurs

530 mots 3 pages
Exposition de la Bibliothéque National de France:
Brouillions d'écrivains

I. Les brouillions: 1) Marcel Proust: Il écrit d'une façon obséssionnelle. Ses brouillions sont très raturés et remplis de corrections. Il est dit-on dans la hate de tout dire, il revient sur ses textes et rajoute des « paperoles interminables ».

II. Les deux manières d'écrire: écriture à processus (improvisée)/écriture à programme (plan):

2) La méthode « improvisée » consiste à élaborer au fur et à mesure l'oeuvre sans aucun plan, ni contraintes particulières. On parle d'une méthode « structuration rédactionnelle ». Stendhal était adepte de l'improvisation.
3) La méthode d'écriture évoquée consiste à selon le principe d'une « programmation scénarique » rédiger une oeuvre avec un canevas très précis. Un scénario ou un plan sers de guide à l'écrivain. Emile Zola et Gustave Flaubert recouvraient à cette technique.

III. L'exemple d'Hugo : comment organiser la rédaction?

4) Victor Hugo organise sa feuille: il plie sa feuille en deux de telle manière qu'il est une marge au milieux. Sur la partie de droite il écrit le poème pour par la suite le remanié et le réecrire à gauche. Il peut encore réecrire son poème sur une autre feuille afin de le peaufiner une nouvelle fois. Cela lui permet de rendre un travail complet et élaboré selon ses pensées, il veut rendre à lafin un poème parfait.
5) Le problème d'ajout successif de morceaux de textes sur la même feuille est que les brouillions qui nous sont parvenus sont très abîmés. La Bibliothèque Nationnale n'as pas pu les restaurer donc les conservers, à cause des ratures et de l'ilisibilité des feuilles.

IV. L'exemple de Flaubert : les étapes de la rédaction et de la correction.

6) Flaubert met longtemps à rédiger un livre: il reprend son texte, il a une obsession pour la langue, une recherche maniaque de l'expréssion juste. Il ne tourne pas la page sans être sûr qu'il est impossible de faire mieux. 7)

en relation

  • Les réécritures
    1832 mots | 8 pages