Trecento

3707 mots 15 pages
III. La peinture italienne du Trecento et son influence en Europe.
Vasari utilise l’expression « i primi lumi » pour le XIVe siècle italien par Vasari,
( : les premières lumières, après les ténèbres médiévales)
Dans la « Vita » de Cimabue il affirme qu’en 1240 : naquit Giovanni Cimabue destiné à allumer « i primi lumi all’arte della pittura ».
Peu importe si Vasari a raison, on peut dire que Cimabue est le plus accompli des peintres « alla maniera greca » en même temps que le maître de Giotto qui va rompre avec celle-ci.
Mais en peinture tout est très différent. Là où la France domine largement l’art à trois dimensions, l’Italie acquiert entre 1320 et 1420 environ une prédominance en termes d’influence.
1. Deux grands peintres novateurs au Trecento : DUCCIO à Sienne et GIOTTO à Florence marquent la prééminence de l’Italie dans la peinture. Le premier, plus âgé de 15 ans mentionné dès 1278 – mort 1318. Peintre plutôt de tableaux, moins de peintures murales. Dans un style de « maniera greca mescolata con la moderna ». (manière grecque mélangée avec la moderne).
Le second, né en 1266 encore en vie en 1337, orgueil de Florence mais activité itinérante. Citoyen « expertus et famosus » de Florence, il obtient le titre de
« magister et gubernator laborerii et operis ecclesie Sancte reparate » (chef des ouvriers réparateurs des églises) Ses maîtres : Cimabue et Pietro Cavallini. Il prépare les dessins du campanile et des sculptures de la cathédrale de Florence.
Panofsky évoque une dichotomie entre Florence et Sienne.
Duccio est « lyrique » : figures courbées émotion, foules alors que Giotto est
« épique » et dramatique montrant des individus réagissant les uns aux autres, sens du récit. Il reste encore « byzantinisant » alors que Giotto influencé par son séjour romain (motifs antiques) compte plus sur le rendu du volume (qui rappelle les figures de
Nicola Pisano : draperies massives).
Giotto s’efforce de conquérir la 3 e dimension. Il manipule

en relation

  • L'art moderne : le trecento
    2303 mots | 10 pages
  • Renaissance et maniérisme
    1862 mots | 8 pages
  • la renaissance
    301 mots | 2 pages
  • Renaissance
    3416 mots | 14 pages
  • La mobilité de l'écorce terrestre
    621 mots | 3 pages
  • Le statut de l'artiste dans l'italie du quattrocento
    4211 mots | 17 pages
  • Les arts de la renaissance
    3031 mots | 13 pages
  • Les musées à Chambéry
    769 mots | 4 pages
  • L'histoire de la renaissance
    1900 mots | 8 pages
  • Renaissance
    2519 mots | 11 pages