Tydy

374 mots 2 pages
Thème : Division du travail et extension des marchés chez Smith
Document 1

Puisque c’est la faculté d’échanger qui donne lieu à la division du travail, l’accroissement de cette division doit, par conséquent, toujours être limité par l’étendue de la faculté d’échanger, ou, en d’autres termes, par l’étendue du marché. Si le marché est très petit, personne ne sera encouragé à s’adonner entièrement à une seule occupation, faute de pouvoir trouver à échanger tout le surplus du produit de son travail qui excédera sa propre consommation, contre un pareil surplus du produit du travail d’autrui qu’il voudrait se procurer. […] Comme la facilité des transports par eau ouvre un marché plus étendu à chaque espèce d’industrie que ne peut le faire le seul transport par terre, c’est aussi sur les côtes de la mer et le long des rivières navigables que l’industrie de tout genre commence à se subdiviser et à faire des progrès ; et ce n’est ordinairement que longtemps après que ces progrès s’étendent jusqu’aux parties intérieures du pays. […] Ces deux villes (Londres et Calcutta) entretiennent aujourd’hui entre elles un commerce très considérable ; et par le marché qu’elles ouvrent l’une à l’autre, elles donnent un très grand encouragement à leur industrie respective.
Adam Smith, La Richesse des nations, tome 1, Flammarion, 1991 [première édition 1776].

Document 2

Une Clio n’est pas une 206, ni une Golf, mais les unes et les autres dans leur catégorie appartiennent à la même branche de véhicules, avec des spécificités techniques identiques […]. Les consommateurs
©HATIER

préfèrent l’un ou l’autre modèle car ils ont un goût pour la différence, que celle-ci soit le reflet de la saturation de leur consommation ou du génie des publicitaires. Ainsi, la recherche de la différenciation pourra faire préférer des produits étrangers, ce qui aura pour effet de générer des flux d’échanges intra-industriels.
Charles-Albert Michalet, Qu’est-ce que la mondialisation ?, La Découverte,

en relation