Ue 4.8s6: risque infectieux

1526 mots 7 pages
INTRODUCTION

Dans le cadre de l’unité d’enseignement 4.8 : Qualité des soins et évaluation des pratiques et en lien avec la compétence 7, je vais vous présenter mon travail qui vise, en partant d’une situation vécue en stage, à analyser celle-ci à travers différents aspects en matière de santé publique : les notions de risques, de qualités, de sécurités et de satisfactions seront ms en liens avec cette situation et la législation qui s’y rattache.

1. Présentation de la situation Mon stage se déroule dans un service de soins continus post opératoire.
Mme B., 68 ans, est entrée dans notre service il y a trois jours, elle est à J5 d’un remplacement de valve aortique. A ce jour, la patiente est stable sur le plan hémodynamique mais elle présente, depuis ce matin, un état sub-fébrile à 37,9°C, calmée par la mise en place d’antalgiques antipyrétiques. La plaie opératoire est propre et non inflammatoire. Cependant, Mme B. est porteuse d’une voie veineuse centrale afin de pouvoir lui administrer le traitement antalgique ainsi que la réhydratation adéquate à sa prise en charge. Depuis la veille, on peut constater une légère inflammation marquée par une rougeur ainsi qu’une induration et un début d’œdème autour du pourtour du point d’entrée du cathéter. De plus, la zone concernée est sensible et Mme B. s’en plein beaucoup.
A la suite de la visite médicale, il a été décidé l’ablation de cette voie veineuse centrale avec la pose d’une voie veineuse périphérique pour maintenir les traitements intraveineux. Un échantillon du cathéter sera envoyé au laboratoire pour l’analyse de ce dernier. Un antibiotique à large spectre sera également administré à Mme B. 2. L’acte technique.

2-1 : Description de l’acte technique.
C’est donc à moi de réaliser ces soins. Le pansement ou le retrait de voie veineuse centrale (VVC) est un acte stérile, du fait de la voie d’abord qui se trouve être la veine jugulaire, veine de gros calibre proche des organes dit « nobles »,

en relation