Un deux trois

484 mots 2 pages
Extrait de l’illusion comique, Acte I, scène 2 :

PRIDAMANT.
Oracle de nos jours, qui connais toutes choses,
En vain de ma douleur je cacherais les causes ;
Tu sais trop quelle fut mon injuste rigueur,
Et vois trop clairement les secrets de mon coeur.
Il est vrai, j'ai failli ; mais pour mes injustices
Tant de travaux en vain sont d'assez grands supplices :
Donne enfin quelque borne à mes regrets cuisants,
Rends-moi l'unique appui de mes débiles ans.
Je le tiendrai rendu si j'en ai des nouvelles ;
L'amour pour le trouver me fournira des ailes.
Où fait-il sa retraite ? en quels lieux dois-je aller ?
Fût-il au bout du monde, on m'y verra voler.
ALCANDRE.
Commencez d'espérer : vous saurez par mes charmes
Ce que le ciel vengeur refusait à vos larmes. ous reverrez ce fils plein de vie et d'honneur :
De son bannissement il tire son bonheur.
C'est peu de vous le dire : en faveur de Dorante
Je vous veux faire voir sa fortune éclatante.
Les novices de l'art, avec tous leurs encens,
Et leurs mots inconnus, qu'ils feignent tout-puissants,
Leurs herbes, leurs parfums et leurs cérémonies,
Apportent au métier des longueurs infinies,
Qui ne sont, après tout, qu'un mystère pipeur
Pour se faire valoir et pour vous faire peur :
Ma baguette à la main, j'en ferai davantage.
Jugez de votre fils par un tel équipage :
Eh bien ! Celui d'un prince a-t-il plus de splendeur ?
Et pouvez-vous encor douter de sa grandeur ?
PRIDAMANT.
D'un amour paternel vous flattez les tendresses ;

Mon fils n'est point de rang à porter ces richesses,
Et sa condition ne saurait consentir
Que d'une telle pompe il s'ose revêtir.
ALCANDRE.
Sous un meilleur destin sa fortune rangée,
Et sa condition avec le temps changée,
Personne maintenant n'a de quoi murmurer
Qu'en public de la sorte il aime à se parer.
PRIDAMANT.
A cet espoir si doux j'abandonne mon âme ;
Mais parmi ces habits je vois ceux d'une femme :
Serait-il marié ?
ALCANDRE.
Je vais de ses amours
Et de tous

en relation

  • un deux trois
    504 mots | 3 pages
  • Un deux trois
    1319 mots | 6 pages
  • un deux trois soleil
    345 mots | 2 pages
  • Un deux trois a christie
    801 mots | 4 pages
  • Une maison, deux maisons, trois maisons
    721 mots | 3 pages
  • Bien vieillir : pratiquement deux français sur trois pensent qu’il est difficile de… bien vieillir
    1151 mots | 5 pages
  • 1. Quelle image chacun de ces trois textes donne-t-il de la guerre ? 2. les écrivains du corpus utilisent différents procédés pour impliquer le lecteur. montrez-le à l'aide de deux exemples.
    719 mots | 3 pages
  • 1. Le dix-neuvième siècle français fut très instable politiquement : il connut deux empires de 1803 à 1814 et de 1852 à 1870, trois monarchies de 1815 à1824, de 1825 à 1830 et de 1830 à 1848, deux républiques de 1848 à
    874 mots | 4 pages
  • Mlle
    6579 mots | 27 pages
  • Mes documents
    4014 mots | 17 pages