Une journée d'ivan denissovitch

640 mots 3 pages
En 1945 Staline condamne Alexandre Soljenitsyne, un écrivain Russe, à huit ans de prison dans les camps de travail pour l'avoir critiqué dans une lettre qu'il avait envoyé à un ami. Sous ce régime totalitaire tout était contrôlé par l’état, jusqu'à ce que pensaient les gens. C'est donc au Goulag qu'Alexandre Soljenitsyne passera huit ans de sa vie. C'est aussi là-bas, dans le camp d'Ekibastouz qu'il va commencer la rédaction d'une journée d'Ivan Denissovitch en 1950. C'est plus de dix ans après qu'il va ressortir son manuscrit et le taper à la machine. En 1962 alors que Staline est mort, que Khrouchtchev est désormais au pouvoir et que la Russie est en pleine " déstalinisation" le roman de Soljenitsyne paraît dans Novy Mir (magazine littéraire de Moscou) numéro 11 de novembre 1962. Une journée d'Ivan Denissovitch fait l'effet d'une bombe sur la population, car pour la première fois quelqu'un ose retranscrire la vie des hommes au goulag. Le récit évoque une seule journée d'un homme, puisque toutes se ressemblent dans les camps.

Dans son récit Soljenitsyne nous fait découvrir une journée de Choukhov personnage qui mène une certaine réflexion tout au long du récit. Il n’y a pourtant ni dénouement, ni intrigue à ce livre. On y découvre seulement une autre vie, celle des camps en URSS. Là où les soldats n’arrivent même plus à penser à autre chose qu’à leur 200g de pain quotidien. Le but de ces prisonniers est avant tout de survivre. Des passages nous montre plus particulièrement le pouvoir qu’avait le gouvernement de changer les choses « […] il y a un décret : le soleil, maintenant, atteint sa hauteur maximum à une heure.» (p.85) L’on remarque dans ce passage que le gouvernement a même changer grâce à un décret l’heure du zénith du soleil, par un simple décret ils changent ce que la science avait déterminé. Certains passages comme celui de la page 92 nous montrent que ceux qui travaillent le plus sont ceux qui sont le plus volés «On te vole au chantier.

en relation

  • Une journée d'ivan denissovitch
    2286 mots | 10 pages
  • une journée d'ivan denissovitch
    509 mots | 3 pages
  • La journée d’ivan denissovitch
    993 mots | 4 pages
  • Une journée d'ivan denissovitch
    10129 mots | 41 pages
  • Une journée d’ivan denissovitch
    351 mots | 2 pages
  • Analyse de "une journée d'ivan denissovitch" d'alexandre soljenitsyne
    1678 mots | 7 pages
  • journée
    1670 mots | 7 pages
  • Alexandre soljenitsyne
    6490 mots | 26 pages
  • Anthropofie
    330 mots | 2 pages
  • le travaile n'est il pas un servitude
    326 mots | 2 pages