Union europeene

Pages: 9 (2193 mots) Publié le: 15 juillet 2013
UNION EUROPÉENNE - ÉLARGISSEMENT A L’EST


Prise de vue
Animés dès la chute du Mur de Berlin (novembre 1989) et la dislocation de l’U.R.S.S. d’une farouche volonté de se rapprocher au plus près des structures de l’Europe occidentale aux fins de les intégrer, les dix pays d’Europe centrale et orientale: Bulgarie, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République tchèque, Roumanie,Slovaquie, Slovénie ont parcouru, en une décennie, un chemin impressionnant: tous siègent au Conseil de l’Europe, trois sont aujourd’hui membres de l’Alliance atlantique (Pologne, Hongrie, République tchèque). Quant aux négociations d’adhésion entamées par l’Union européenne avec ces pays de l’ex-«camp socialiste», elles constituent désormais pour ceux-ci le fil rouge de leur politique. Cetélargissement de l’Union européenne à l’Est recouvre pour chacun des protagonistes des enjeux considérables: alors que les Quinze doivent être en mesure de relever le défi que leur pose, sur les plans institutionnel et financier, un tel nombre de nouveaux pays candidats (auxquels il faut ajouter les candidatures de Chypre, de Malte et, depuis décembre 1999, de la Turquie), ceux-ci doivent, pour leur part,être en mesure de se hisser à la hauteur d’économies développées, régulées par des mécanismes de l’économie de marché qui, voilà encore douze ans, leur étaient étrangers.

1. Un légitime «retour à l’Europe»
L’ouverture commerciale des pays d’Europe centrale et orientale, consécutive à la dislocation du Conseil d’aide économique mutuelle (C.A.E.M.) en 1991, s’est traduite par une réorientationspectaculaire des échanges extérieurs des États de cette région vers ceux de l’Union européenne. Celle-ci est devenue, en moins de quatre ans, le principal partenaire commercial de ces pays «en transition». La signature, de 1991 à 1995, d’accords d’association encore appelés «accords européens» a jeté les bases d’une libéralisation croissante des échanges entre les deux régions.
Rapidement, etnonobstant, au départ du moins, les réticences de certains États membres, dont la France, qui étaient partisans de continuer à privilégier «l’approfondissement» de la Communauté sur son élargissement, cette logique de coopération économique accrue a laissé place à une logique d’intégration: forts de leur identité européenne dont le système communiste les avait en quelque sorte privés, lesex-satellites de l’U.R.S.S. n’ont cessé de militer pour ce légitime «retour à l’Europe».
C’est au Conseil européen de Copenhague de juin 1993, alors que le nouveau traité de Maastricht instaurant une Union européenne était en cours de ratification, que les chefs d’État et de gouvernement, alors au nombre de douze, ont repris à leur compte l’objectif de l’adhésion des pays associés. Ils en soumirent toutefoisla réalisation à certaines conditions, désormais connues sous le nom des «critères de Copenhague». C’est à l’aune de ces critères que furent appréciées les candidatures déposées par les pays d’Europe centrale et orientale à partir de 1994. Finalement, en décembre 1997, à l’issue du Conseil européen de Luxembourg, les chefs d’État et de gouvernement décidèrent de lancer ce qu’il est désormaisconvenu d’appeler «le processus d’élargissement».
Dans un premier temps, et non sans susciter au passage quelques grincements de dents, Bruxelles décida d’entamer des négociations bilatérales avec «seulement» cinq des pays candidats, réservant les cinq autres pour une «seconde» vague. La possibilité pour ces derniers de dépasser un cadre de négociations uniquement multilatéral se trouvaitconditionnée par la réalisation d’un certain nombre d’avancées, dont un rapport par pays devrait rendre compte chaque année. C’est sur la base des améliorations constatées par ces rapports que la Commission proposait, en novembre 1999, l’ouverture de négociations avec la Lettonie, la Lituanie, la Slovaquie et Malte. Enfin, tirant la leçon des conflits engendrés par l’implosion de l’ex-Yougoslavie et plus...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Union europeenne
  • Union europeenne
  • Union europeene
  • Union europeenne
  • Union europeenne
  • Union européenne
  • Union européenne
  • Union europeenne

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !