Vendredi et les limbes du pacifique, michel tournier

656 mots 3 pages
Robinson est frappé par le sentiment de familiarité qu'il se sent en regardant ces hommes, qui peuvent être attribués au fait qu'il voit une partie de son ancien moi dans leurs comportements. En même temps qu'il voit quelque chose de familier, il trouve les hommes d'être étrange. Il est si éloigné de la façon dont ils se comportent que cela doit sembler presque comme un rêve bizarre. Le contraste est saisissant: Robinson, qui est revenue à une façon plus primitive de la vie, a une compréhension fondamentale du monde naturel qui dépasse de loin celle des marins. Sa vision du monde est très en avance sur son temps. Les marins, d'autre part, qui représentent la civilisation que Robinson a abandonné et doit être, en fonction de leur idéologie, supérieure à la nature, sont ici vus monter troncs d'arbres pour trouver de la nourriture. L'image est décidément apeish, il montre un recul dans l'évolution qui se dresse dure 45 Contrairement à la notion perçue de la civilisation est supérieure à la nature. L'image réussit à détruire la traditionnelle dichotomie nature / culture, puisque Robinson, être plus en harmonie avec le monde naturel, est nettement supérieur aux Anglais civilisé. Ce passage souligne avec force la brutalité que les marins présentent à Speranza. Comme les lecteurs qui ont suivi Robinson dans son long voyage, nous sommes parfaitement conscients des "Les souffrances qu'il aurait endurées." Tournier nous a montré que le bonheur sur Speranza ne peut pas être réglée, par sa maîtrise. Dans ce passage, cependant, c'est comme si le temps se répète et la destruction initiale de Robinson et de la maîtrise de l'île se sont multipliés. La futilité des actions du marin est donc clair, et est soulignée par l'utilisation Tournier des images de "Ces brutes déchainées», «les arbres stupidement mutilés», et «les bêtes massacrées au hasard." Il semble que Robinson est à regarder ces hommes dans un acte barbare de la guerre. Il est clair que si ces hommes continuent à faire

en relation

  • Vendredi ou les limbes du pacifique de michel tournier.
    25875 mots | 104 pages
  • Vendredi ou les limbes du pacifique, michel tournier
    469 mots | 2 pages
  • Commentaire michel tournier: vendredi ou les limbes du pacifique
    641 mots | 3 pages
  • Commentaire : vendredi ou les limbes du pacifique, michel tournier
    1160 mots | 5 pages
  • Résumé de vendredi et les limbes du pacifique par michel tournier
    674 mots | 3 pages
  • Vendredi ou les limbes du Pacifique Michel Tournier 1967
    470 mots | 2 pages
  • Commentaire comparé : robinson & vendredi (la vie sauvage)
    3598 mots | 15 pages
  • Michel tournier
    2048 mots | 9 pages
  • Vendredi ou la vie sauvage
    1683 mots | 7 pages
  • Michel tournier
    1463 mots | 6 pages