vesr ispahan pierre loti commentaire

296 mots 2 pages
le prélude de "vers ispahan" de P.loti me semble poser une double question/ est-ce vraiment une "invitation au voyage"? le choix de l'anaphore un peu rhétorique et preque artificielle peut -elle n'être qu'une clause de style, le fait que P.loti passe ensuite au 'nous" et semble alors s'adresser un peu plus au lecteur a-t-il pour but réel de nous faire faire ce voyage, n'est-ce pas plutôt une manière de nous inciter à lire le récit? d'autre part l'ambivalence de l'auteur qui ,à la fois semble pris par l'orient et nous montrer toutes les déceptions qu'engendreraiUn tel périple même si les roses sont sublimes n'est -t-elle pas due à son propre ressenti devant une civilisation qui fut grandiose et ce qu'elle est devenue (voir le mot "mirage" en fin de texte ) on peut aussi se demander jusqu'à quel point l'auteur lui-même est conscient de ce que cette vague largement partagée de l'orientalisme comporte de fantasme grandeur et beauté décadence et laideur faut-il choisir la nostalgie, on peut au moins se réjouir de ce que cette civilisation très riche soit reconnue à sa valeur ! il peut être important de resituer le texte on est au XIXéme et l'orient dont a rêvé P.loti et avec lui maints voyageurs et peintres (en peinture celà se perpétuera jousqu'au XXéme avec matisse par exemple)connait une période de moindre importance (lui l'attribue par ailleurs à la prise d'ispahan par les Afghans en 1722)
On remarquera que l'iran actuel s'ouvre à nouveau un peu au tourisme et qu'il reste de véritables splendeurs sur cette route de la soie ce sera peut-être un des rêves de notre civilisation chaque voyageur écrivain ou touriste averti espérant toujours trouver un ailleurs plus beau et qui se laisse

en relation