Violence sxcolaire

1746 mots 7 pages
Ce sont des Actes violents physiques ou verbaux, exercés par les élèves, sur d'autres élèves ou des enseignants, à l'école primaire ou dans le secondaire.
Cette violence recouvre différentes formes : dégradation volontaire du matériel, rackets entre élèves ( certains élèves obligent des plus jeunes, sous la menace, à leur donner leurs affaires, leur argent de poche, etc.), trafics en tous genres, et de plus en plus de, tentatives d'intimidation, voire agressions contre des enseignants ou des membres de l'administration.
Le plus inquiétant est que d'une part, cette forme de violence autrefois restreinte à quelques établissements réputés difficiles, tend à s'étendre et à faire tâche d'huile et que d'autre part, elle concerne essentiellement les collèges, c'est-à-dire des pré-adolescents (tranche d'âge : de 12 à 15 ans ).
Ll'enquête annuelle Sivis (Système d'information et de vigilance sur la sécurité scolaire) publiée sur le site du ministère de l'Éducation nationale conclut à une «légère hausse». En 2011-2012, les établissements publics du second degré ont déclaré en moyenne 13,6 incidents graves pour 1000 élèves, contre 12,6 l'année précédente.
Comme les années précédentes, les lycées professionnels affichent le plus fort taux d'incidents (19,6 pour 1000 élèves) avec les collèges (15). C'est d'ailleurs dans ces établissements que les cas de professeurs agressés se sont le plus fréquemment produits. Avec 5,5 incidents pour 1000 élèves, les lycées d'enseignement général et technologiques semblent relativement peu affectés.
À l'arrivée, 5% des établissements concentrent à eux seuls 29% des faits.
À 81%, elles se caractérisent par des atteintes aux personnes -devant les atteintes aux biens (10%) et atteintes à la sécurité (9%). Elles sont davantage verbales (40%) que physiques (33%), même si ces dernières ont augmenté de deux points par rapport à l'année précédente.

Les causes de la violence scolaire

1) Causes familiales : dans la société

en relation

  • Lexique Tech de com
    37510 mots | 151 pages