voltaire

347 mots 2 pages
Intérêt littéraire

“Candide”, prétendument «traduit de l'allemand de M. le Docteur Ralph, avec les additions qu.’on a trouvées dans la poche du Docteur lorsqu’il mourut à Minden l’an de grâce 1759», c'est, en fait, la grâce de l'esprit, l'insurpassable chef-d'œuvre, non seulement de Voltaire, mais d'une langue déjà millénaire qui atteint son apogée et, l'espace de quelques pages, respire avant de descendre.
Voltaire fait preuve de la maîtrise d'une écriture dense, incisive, chaque phrase portant la marque de l'ironie qui communique à demi-mot, d’intelligence à intelligence. Hormis peut-être dans “Gulliver”, il n’est pas d'ironie plus âcre, plus recuite et continue que celle de “Candide”. Maître du pessimisme ironique, il atteint tout ce qu’il vise mais, si radical que soit son pessimisme, il est toujours tonifiant.
C’est qu’il se révèle grand styliste : exempt de toute rhétorique, il atteint le naturel, la clarté, la finesse et l'équilibre. Son style, considéré comme un modèle, conjugue nombre de qualités :
- un rythme nerveux, incisif et même trépidant ;
- des phrases brèves et accumulées où les transitions descriptives sont rapides ;
- un discours direct et un dialogue qui reflètent l’habileté de l’auteur de pièces de théâtre ;
- des énumérations descriptives où sont multipliés des détails pour mieux servir tantôt l'absurde, tantôt le tragique : «un gueux tout couvert de pustules, les yeux morts, le bout du nez rongé, la bouche de travers, les dents noires, et parlant de la gorge, tourmenté d'une toux violente, et crachant une dent à chaque effort») ;
- des dissonances burlesques : il joue avec la syntaxe et la grammaire en général afin d'engendrer la drôlerie ;
- des sous-entendus : «Un jour Cunégonde [...] vit entre des broussailles le docteur Pangloss qui donnait une leçon de physique expérimentale à la femme de chambre de sa mère» ;
- des causalités dérisoires : «Monsieur le baron était un des plus puissants seigneurs de la Westphalie, car son

en relation

  • Voltaire
    661 mots | 3 pages
  • voltaire
    502 mots | 3 pages
  • Voltaire
    680 mots | 3 pages
  • Voltaire
    1194 mots | 5 pages
  • Voltaire
    487 mots | 2 pages
  • Voltaire
    955 mots | 4 pages
  • Voltaire
    607 mots | 3 pages
  • Voltaire
    779 mots | 4 pages
  • Voltaire
    1284 mots | 6 pages
  • Voltaire
    695 mots | 3 pages