Voyage Au Bout De La Nuit

942 mots 4 pages
Louis Ferdinand Céline est un auteur du 20ème siècle engagé, mais surtout narrateur parce qu’il remet en question la mort et l’usage de la langue française dans ses œuvres. Son premier roman « voyage au bout de la nuit » connait un grand succès. Il s’inspire de la guerre qu’il a vécue et dont il a tiré une expérience. Ce roman nous raconte les années d’errances de Ferdinand Bardamu, l’anti héros par excellence. Au sein de son œuvre, il renouvelle les codes du récit romanesque traditionnel.

Dans un premier temps, l'adoption du point de vue interne, (c'est-à-dire que la scène est vue d'après le personnage principal, Bardamu) permet au lecteur de se sentir proche du personnage, et donc d'adhérer plus facilement à ses opinions. En effet, nous avons accès aux pensées de Bardamu ainsi qu'à ses sentiments. Le fait d'avouer ses bassesses ( l'envie de meurtre aux lignes 68 à 70, ou bien la peur, aux lignes 17 à 19) le rend plus humain, donc plus attachant. L'utilisation d'une langue orale (« rien à dire », l.6, « chacun sa guerre » que je me dis ») renforce cet aspect. Le style n'est pas recherché, Bardamu est un homme comme un autre.

De plus, nous pouvons constater que l'auteur peint le tableau répugnant des atrocités de la guerre. Pour cela, il utilise un vocabulaire cru et réaliste comme le montrent les expressions « le cavalier n'avait plus sa tête, rien qu'une ouverture au-dessus du coup » (l.76), « le colonel avait son ventre ouvert » (l.79). Les champs lexicaux de la boucherie, avec les mots « viandes », « sang », et de la cuisine, avec les références à la « marmite », la « confiture » et les « glouglous », accentuent le dégoût du lecteur, qui comprend que les cadavres ne sont plus que des carcasses d'animaux. La guerre ôte à ceux qui la font leur caractère humain. L'agressivité du monde guerrier est aussi exprimée par la métaphore de « l'essaim de balles ». Les guêpes sont en effet mortelles quand leurs piqûres sont nombreuses, et le champ lexical de la

en relation

  • Voyage au bout de la nuit
    353 mots | 2 pages
  • Voyage au bout de la nuit
    809 mots | 4 pages
  • Voyage au bout de la nuit
    266 mots | 2 pages
  • Hypermarché - novembre
    678 mots | 3 pages
  • COMMENTAIRE ZIMEO
    276 mots | 2 pages
  • Anthologie de la guerre
    1426 mots | 6 pages
  • Dissertations efap
    272 mots | 2 pages
  • Commentaire la jetée henri michaux
    868 mots | 4 pages
  • Socialisation et controle social
    1315 mots | 6 pages
  • Poême
    613 mots | 3 pages
  • Voyage au bout de la nuit
    1209 mots | 5 pages
  • Voyage au bout de la nuit
    1799 mots | 8 pages
  • Voyage au bout de la nuit
    4285 mots | 18 pages
  • Voyage au bout de la nuit
    1917 mots | 8 pages
  • Voyage au bout de la nuit
    938 mots | 4 pages