Wachtel, nathan, la vision des vaincus : les indiens du pérou devant la conquête espagnole 1530-1570, paris, gallimard, 1979, p. 395

2426 mots 10 pages
Aurélie Stern Décembre 2010
Séminaire : Voyages et découvertes I Histoire Moderne Université de Genève

Compte rendu de lecture

WACHTEL, NATHAN, La vision des vaincus : Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole 1530-1570, Paris, Gallimard, 1979, p. 395

Plus de quatre siècles après la conquête de l’Amérique, un auteur s’intéresse à comment les « vaincus », les indigènes, ont vécu les événements. En effet, très longtemps, l’historiographie relative à l’Amérique latine, européocentriste, s’est basée uniquement sur la vision des conquistadores, a étudié en priorité l’époque de la conquête et non les siècles de colonisation qui suivirent, et a fait une histoire surtout événementielle. Mais avec le développement des sciences anthropologiques, sociologiques et historiques, une prise de conscience qu’il existe un « autre côté » a eu lieu. Cet autre côté, c’est la vision des vaincus, titre du premier livre de Nathan Wachtel paru en 1971.

Né en 1935, Nathan Wachtel fut un élève de Claude Lévi-Strauss. Ainsi, il s’est intéressé très tôt au structuralisme et à l’anthropologie. De la même façon, il s’est initié à l’histoire des mentalités avec Robert Mandrou, Robert Schnerb et Alphonse Dupront. Agrégé d’histoire, il tente de faire une synthèse entre l’histoire, qui s’intéresse au temps, et l’anthropologie, qui s’intéresse à la structure. Mais cette opposition des disciplines relève d’abord des contingences scolaires. On admet que : « L’histoire est la science de la continuité des sociétés dans le temps ; l’ethnologie, celle de la diversité des sociétés (dites « primitives ») dans l’espace.»(p.23). De plus, l’historien a tendance à travailler à partir

en relation