yako

Pages: 380 (94955 mots) Publié le: 30 juin 2014
Harry Potter et la Chambre des Secrets
par J. K. Rowling
Traduit de l'anglais par Jean-François Menard
Pour Scan P. F. Harris, un spécialiste du départ sur les chapeaux de roues et un ami du mauvais
temps.

1 UN TRÈS MAUVAIS ANNIVERSAIRE
Ce n'était pas la première fois qu'une dispute éclatait au petit déjeuner dans la maison du 4, Privet
Drive. Mr Vernon Dursley avait été réveillé àl'aube par un hululement sonore qui provenait de la
chambre de son neveu Harry.
—C'est la troisième fois cette semaine ! hurlait-il. Si tu n'es pas capable de surveiller cette
chouette, il faudra qu'elle s'en aille !
Harry tenta une fois de plus d'expliquer ce qui se passait.
—Elle s'ennuie, dit-il. Elle a l'habitude d'aller voler un peu partout. Si je pouvais au moins la
laisser sortir la nuit.—Tu me prends pour un imbécile ? ricana l'oncle Vernon. un morceau de jaune d'œuf accroché
dans sa grosse moustache touffue. Je sais bien ce qui arrivera si on laisse sortir cette chouette.
Il échangea un regard sombre avec Pétunia, son épouse.
Harry essaya de répondre quelque chose, mais un rot bruyant et prolongé étouffa ses paroles.
C'était Dudley, le fils des Dursley.
—Je veux encore dulard, dit celui-ci.
—Il y en a dans la poêle, mon trésor adoré, dit la tante Pétunia en tournant un regard embué vers
son énorme fils. Il faut qu'on te donne à manger pendant qu'il en est encore temps. Cette cantine
du collège ne me dit rien qui vaille.
—Allons, Pétunia, c'est absurde, je n'ai jamais souffert de la faim quand moi-même j'étais au
collège de Smeltings, dit l'oncle Vernon d'unton convaincu. Tu as assez à manger, là-bas, n'estce pas fiston ?
Dudley qui était si gras que son derrière débordait de chaque côté de sa chaise, eut un sourire et
se tourna vers Harry.
—Passe-moi la poêle, dit-il.
—Tu as oublié de prononcer le mot magique, répliqua Harry avec mauvaise humeur.
Cette simple phrase produisit un effet stupéfiant sur le reste de la famille : Dudley poussa un cri étouffé et tomba de sa chaise dans un grand fracas qui ébranla toute la cuisine; Mrs Dursley laissa
échapper un petit cri et plaqua ses mains contre sa bouche; quant à Mr Dursley. il se leva d'un
bond, les veines de ses tempes battant sous l'effet de la fureur.
—Je voulais simplement dire « s'il te plaît ! » précisa Harry d'un ton précipité. Je ne pensais pas
du tout à...
—QU'EST-CE QUEJE T'AI DIT ? tempêta son oncle en projetant sur la table un nuage de
postillons. JE NE VEUX PAS QU'ON PRONONCE CE MOT DANS MA MAISON !
—Mais je...
—COMMENT AS-TU PU AVOIR L'AUDACE DE MENACER DUDLEY ! rugit l'oncle
Vernon en martelant la table de son poing.
—J'ai simplement...
—JE T'AVAIS PRÉVENU ! J'INTERDIS QU'ON FASSE ALLUSION A TON ANORMALITÉ
SOUS CE TOIT !
Harry regarda tour à tour levisage violacé de son oncle et celui de sa tante qui était devenue
livide. Avec des gestes tremblants, elle s'efforça d'aider Dudley à se relever.
—D'accord, dit Harry. D'accord...
L'oncle Vernon se rassit en soufflant comme un rhinocéros prêt à charger et surveilla
attentivement Harry du coin de ses petits yeux perçants.
Depuis qu'il était revenu à la maison pour les vacances d'été, l'oncleVernon l'avait traité comme
une bombe sur le point d'exploser. Harry, en effet, n'était pas un garçon normal. Pour tout dire, il
était même difficile d'être aussi peu normal que lui.
Car Harry Potter était un sorcier—un sorcier qui venait de terminer sa première année d'études au
collège Poudlard, l'école de sorcellerie. Et si les Dursley n'étaient pas très heureux de le revoir
pendant lesvacances, leur infortune n'était rien comparée à celle de Harry.
Poudlard lui manquait tellement qu'il avait l'impression de ressentir en permanence une douleur
dans le ventre. Le château lui manquait, avec ses passages secrets, ses fantômes, ses cours (sauf
peut-être celui de Rogue, le maître des potions), le courrier apporté par des hiboux, les banquets
dans la Grande Salle, les nuits dans...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !