Zola, "au bonheur des dames" ( travail individuel s-u dour 5ème )

2118 mots 9 pages
Travail individuel sur « Au bonheur des dames », d’Emile Zola.

Saey Juliette
1) En lisant cet extrait d’un courrier des lecteurs, on comprend facilement que Zola est tiraillé dans son roman entre REALISME et SENTIMENTALISME. Retrouvez dans le livre 3 extraits où apparait le souci de Zola de décrire la réalité telle qu’elle est, même si elle est déplaisante et 3 autres extraits où les personnages sont montrés, dans leurs relations avec les autres notamment, de manière trop caricaturale ou prédestinée ( présentation des extraits, extraits, numéros de page) .
Commençons pas les extraits réalistes. * « Et ils restèrent plantés, serrés les uns contre les autres, tout en noir, achevant les vieux vêtements du deuil de leur père. Elle, chétive pour ses vingt ans, l’air pauvre, portait un léger paquet ; tandis que, de l’autre côté, le petit frère, âgé de cinq ans, se pendait à son bras, et que, derrière son épaule, le grand frère, dont les seize ans superbes florissaient, était debout, les mains ballantes. » … Page 43.

* « D’abord, elle eut à surmonter les terribles fatigues du rayon. Les paquets de vêtements lui cassaient les bras, au point que, pendant les six premières semaines, elle criait la nuit en se retournant, courbaturée, les épaules meurtries. Mais elle souffrit plus encore de ses souliers, de gros souliers apportés de Valognes, et que le manque d’argent l’empêchait de remplacer par des bottines légères. Toujours debout, piétinant du matin au soir, grondée si on la voyait s’appuyer une minute contre la boiserie, elle avait les pieds enflés, des petits pieds de fillette qui semblait broyés dans des brodequins de torture ; les talons battaient de fièvre, la plante s’était couverte d’ampoules, dont la peau arrachée se collait à ses bas. Puis, elle éprouvait un délabrement du corps entier, les membres et les organes tirés par cette lassitude des jambes, de brusques troubles dans son sexe de femme, que trahissaient les pâles couleurs de sa chair. »

en relation