Zola l'assommoir le festin commentaire composé

Pages: 9 (2069 mots) Publié le: 16 mars 2013
Commentaire composé

L’Assommoir Émile Zola


Septième ouvrage du cycle des Rougon Maquart, l’Assommoir retrace la vie d’une population ouvrière qui vit dans un quartier populaire de Paris entre grands boulevards et ateliers ouvriers. Là, bastringue et café du père Colombe tâchent difficilement de faire oublier aux miséreux leurs rudes conditions de travail. L’alcool coule à flots, pendantque le navire fait l’eau. Au cours de cette scène centrale du repas, le festin, concocté par Gervaise pour glorifier sa réussite sociale lors de sa fête partagée avec ses voisins et ouvrières, aura une bien autre portée que nourricière.
Dans un premier temps nous étudierons les portraits réalistes des protagonistes du repas, puis nous verrons en quoi ce festin symbolise un climax annonciateur dela déchéance future du personnage principal, pour enfin comprendre, comment, à travers une description naturaliste dont Zola est le chef de file incontesté, l’auteur nous entraîne vers une analyse approfondie d’un monde qui nous est inconnu.



Les invités en couple ou solitaires sont définis par leurs patronymes animalesques : Les dames sont précédées par un Madame révérent et les messieurssont nommés sans façon par leur nom de famille sèchement : seules Virginie et Clémence rejoignent le clan des hommes par une familiarité voulue. La belle-mère de Gervaise est pourvue d’un « maman » préalable, hypocoristique, qui lui donne sa place parmi les intimes de la famille.
Chacun d’entre eux se distingue par son inconvenance à table, certes, mais aussi par la manière goulue, pire vorace, dedévorer la bête offerte en centre de table : « c’est à qui mangeaient de gros morceaux de blanc », « passaient leur rage sur le rôti », « arrachait la viande avec ses deux dernières dents », « s’enfonçait un pilon entier dans la bouche » ou encore « avaient voulu de la carcasse ; la carcasse c’est le morceau des dames » ; deux des invités se distinguent par leur voracité toute particulière àconnotation sexuelle Virginie et Clémence. Leurs prénoms sans le Madame qui précède les autres invitées, leur comportement bestial face aux morceaux qu’elles ingèrent, une aime la peau rissolée, la seconde suçait le croupion, avec un gloussement des lèvres (notons l’allitération en « s ») attisent la convoitise masculine. Le mari de la première Poisson (il devra en avaler, ultérieurement descouleuvres !) se fâche envers Virginie, le voisin de table de la seconde Clémence lui susurre à l’oreille des indécences. Portraits brossés d’instincts sensuels avec une véracité cruelle par Zola.
Mais qu’en est-il de Gervaise ? Personnage central du roman, son portrait est ici mitigé : tout à la fois première à se bâfrer de l’oiseau rôti sur la table, elle garde une élégance certaine et le regard deGouget porté sur elle est laudatif : « elle restait si gentille et si bonne ! ». L’alternance à sa gloutonnerie est marquée par les soins attentifs qu’elle prodiguera tout au long du repas au père Bru. Las ! pour le lecteur attentif, il saura que ce point précis est annonciateur de la place qu’il libèrera sous la cage d’escalier et qu’elle utilisera à son tour en fin de vie.
Très vite, nous sommesconduits à penser que « est-ce que l’oie avait jamais fait du mal à quelqu’un ? » est la métaphore pour Gervaise. Cette phrase, proférée par son ancienne rivale Virginie, lors de la scène mémorable du lavoir où l’ouvrière a reçu une raclée de Gervaise annonce la vengeance à retardement. De l’apogée de ce repas festif, où Gervaise règne en maîtresse femme, suivra une lente déchéance conduite de lamain d’une fieffée rouée, l’ennemie jurée Virginie (beau contresens car de virginité il n’y aura point, toute en manipulation et en machinations diverses) dont elle se méfie encore, Gervaise, mais pas assez, la suite nous le dira.
« Les bedons se gonflent » et « le vin…coulait autour de la table comme l’eau coule à la Seine. Un vrai ruisseau, lorsqu’il a plu et que la terre a soif ». Telle la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'assommoir, zola, préparatifs du festin
  • Commentaire composé, zola, l'assomoir, le festin de gervaise
  • L'assommoir Zola Chapitre 10 Commentaire composé
  • Commentaire composé sur le chapitre vi de l'assommoir d'emile zola
  • Commentaire: l'assommoir de zola
  • Commentaire de l'assommoir d'emile zola
  • Commentaire l’assommoir, emile zola
  • L'assommoir, emile zola, commentaire

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !