Zsemlova

11727 mots 47 pages
Introduction

Le titre d’un livre fait sûrement sa partie importante. Un écrivain (de même comme un peintre p. ex.) doit prendre conscience que la première chose qui attire l’attention du lecteur est le titre. Pour cette raison il faut en choisir tel qui décrit l’œuvre bien.

Pour ce mémoire, nous avons choisi les romans très semblables au premier coup d’œil : ils sont intitulés du nom de l’héroïne ayant le même prénom – Thérèse. Il s’agit de Thérèse Raquin écrit par Emile Zola et de Thérèse Desqueyroux de François Mauriac.
Le but de ce travail est de faire la comparaison de ces deux et de trouver des ressemblances ainsi que des différences. Pour atteindre ce but, il faut étudier les romans séparément.

Tout d’abord, nous allons initier le lecteur en bref aux écrivains et à leurs époques. Dans les chapitres III et IV, nous nous concentrons sur l’analyse profonde des romans. Elle est orientée sur l’histoire, sur les personnages aussi bien que sur la technique ou sur le vocabulaire. Nous prenons aussi en considération l’intention et le sens dissimulé avec lesquels l’écrivain fait naître son livre. Nous visons à la comparaison des deux ouvrages. Les résultats sont contenus dans le chapitre V. Nous voulons atteindre aussi l’utilisation pratique de ce mémoire. C’est pourquoi nous allons présenter des fiches pédagogiques dont le sens est d’enrichir l’enseignement des langues étrangères. Les fruits de nos recherches sont formulés et résumés dans la conclusion.

I. Emile Zola

Naturalisme
Le naturalisme présente l’issue partielle du réalisme. Il domine la littérature entre 1870 et 1890 et reflète donc l’évolution de la société vers le milieu du XIXe siècle et dans les trois décennies de sa seconde moitié. Comme dans le réalisme, ce sont des documents qui jouent un rôle important. Ce mouvement veut parvenir à une rigueur toute scientifique en littérature.
Les naturalistes puisent dans la science positiviste la thèse que les conditions physiologiques,

en relation

  • Le noeud de vipére
    17154 mots | 69 pages