Intro+plan dissert : faut-il parfois désobéir aux lois ?

271 mots 2 pages
C'est parce que toutes les lois ne sont pas justes qu'il peut nous arriver d'y désobéir. Mais en le faisant, nous prenons le risque de faire perdre à la loi son sens originel. Que se passerait-il en effet si n'importe qui décidait selon son seul libre arbitre de la légitimité d'une loi ?
Un problème se pose alors : Ai-je le droit de désobéir à la loi quand cette dernière est oppressive (Affaire Eichmann/Ségrégation raciale), ou au contraire, la loi est-elle inviolable ?
L'obéissance fait-elle la loi ?
Après tout, le fait d'obéir à certaines lois ne constitue-tilpas un manque à notre liberté ?
L’article 2 de la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen » proclame le droit naturel et imprescriptible de « résistance à l’oppression », auquel fait écho l’article 7 : « Tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la loi doit obéir à l’instant ; il se rend coupable par la résistance. » La résistance qui s’exerce contre l’oppression est dans son droit, celle qui s’exerce contre la loi est coupable. Mais la loi aussi est contrainte : quand devient-elle oppression ? Peut-on dès lors lui désobéir ?

Plan :

1 - Trouvez dans l'histoire ancienne ou récente un exemple qui oblige à se poser cette question.
2 - Quel est le rôle du mot « parfois » dans l'énoncé ?
3 - Quel danger y a-t-il à désobéir même exceptionnellement à une loi ?
4 - Quel danger y aurait-il à obéir inconditionnellement aux lois ?
5 - Ces deux réponses sont-elles compatibles ? Sinon, comment se décider entre ces deux obligations

en relation

  • Histoire
    28881 mots | 116 pages