J'étais un chef de gang

651 mots 3 pages
Ancien chef de gang, Lamence Madzou a dirigé une bande de blacks hyperviolents de l'Essonne avant de devenir un père de famille rangé rêvant de travailler pour un office HLM. Joli plan médias… Mais peu importe ce qu’en font les journalistes et les attachés de presse, le fait est que J’étais un chef de gang est un témoignage exceptionnel qui nous fait voyager de l’Essonne au Congo et nous offre une plongée sans concession à l’intérieur du mouvement hip-hop, des bandes ethniques et des trafics en tout genre. Sans tomber dans la fascination pour la violence, ni dans le discours moralisateur.

La racaille et la sociologue J’étais un chef de gang n’est bien sûr pas le livre de l’année, mais il explore une piste qu’aucun livre sur les banlieues n’a su emprunter pour l’instant : plutôt que de payer un nègre littéraire à mettre plus ou moins bien en forme le récit de la vie d’un caïd (et c’est souvent raté), ce récit est le fruit de la rencontre entre un ancien chef de bande, Lamence Madzou, et une sociologue du CNRS, Marie-Hélène Bacqué. Du coup, c’est plus clair, plus structuré et plus lisible que la plupart des témoignages de ce genre. Pour les plus intellos, le récit de Madzou est suivi de Voyage dans le monde des bandes : une soixantaine de pages visant la mise en perspective historique et sociologique de l’histoire du chef de gang. Le lecteur lambda s’ennuiera ferme en parcourant ces lignes et le scrutateur attentif y déplorera de nombreuses redites, mais le sociologue en herbe y trouvera vaguement matière à enrichir ses notes. Bref, un appendice pas complètement inutile mais loin d’être indispensable. Passons au contenu…

De l’identité française et de la fierté black N’en déplaise aux racistes et aux xénophobes en tout genre, le fait est que les fils d'immigrés ne se considèrent pas comme des ennemis de la France, bien au contraire : ils se sentent Français, même s’ils savent que leurs racines sont ailleurs. "Aujourd'hui, les gens se

en relation

  • J'étais un chef de gang
    1696 mots | 7 pages
  • J'etais un chef de gang
    3232 mots | 13 pages
  • Une guerre sans fin
    3424 mots | 14 pages
  • La dynamique d'un groupe
    1335 mots | 6 pages
  • Deviance
    2912 mots | 12 pages
  • M le maudit
    2071 mots | 9 pages
  • Pièce de théâtre
    13837 mots | 56 pages
  • Le langage des jeunes
    3198 mots | 13 pages
  • Jazz et vocalité
    2805 mots | 12 pages
  • Rapport de stage bts audiovisuelle monteur
    7788 mots | 32 pages