L'action culturelle sous jacques lang

Pages: 5 (1176 mots) Publié le: 3 avril 2013
Rachel Challier Samson
Master 1 Recherche Arts plastiques
Rachelsamson60@gmail.com
Devoir Politique culturelle
A l’attention de Madame Lajus

La politique d’éducation artistique et culturelle de la France depuis les dispositifs conjoints des ministères de La Culture et de L’Education Nationale initiés sous Jacques Lang, depuis le protocole de 1982 jusqu’au plan Tasca/Lang : vers une« utopie de la démocratisation culturelle ».
La politique d’éducation artistique et culturelle de la France est marquée par une volonté de démocratisation culturelle axée sur une politique d’action culturelle menée depuis la création du ministère des affaires culturelles par A. Malraux en 1959, devenu depuis le Ministère de la Culture et de la Communication.
La période sous Jacques LANG (de 1982 à2000) pourrait ainsi se résumer par cette formule de « démocratisation culturelle », tant son action est caractérisée par la volonté de favoriser l’accès à la culture pour tous, prônant une culture plurielle, « déhiérarchisée » fondée sur l’éducation artistique dès le pus jeune âge. Mais qu’en est-il de ce postulat de démocratisation de la culture, véritable concrétisation ou bien vaine« utopie » ?
Cette volonté d’action politique culturelle, dont l’intérêt réside dans le rapprochement de deux institutions historiquement séparées, voire opposées, est marquée par des avancées majeures mais ses paradoxes nous amènent à nous interroger sur cette question de la démocratisation de la culture
I. Concrétisation d’une politique culturelle conjointe initiée par Jacques Lang : recherchesdocumentaires sur les différents dispositifs conjoints et leurs objectifs non détaillés annexés.
1. Du protocole de 1982-1983 à la loi du 8 janvier 1988
2. Le plan Lang/Tasca pour les arts et la culture en 2000
II. Des avancées majeures
1. Une rupture qualitative et quantitative :
* Conquête culturelle de l’espace scolaire
* Soutien présidentiel avec des crédits doublés dès 1982jusqu’à l’objectif consensuel du 1% du budget alloué à la culture

2. De nouvelles perspectives
* Déconcentration des pouvoirs et généralisation du partenariat Etat/collectivités territoriales (multiplication par 10 des DRAC)
* Formation accrue des enseignants, des artistes, et des acteurs de la vie culturelle
* Nouvelle conception de la politique culturelle avec unereconnaissance légitime d’arts dits mineurs sur le territoire avec des actions festives et leur prise en compte par l’éducation nationale
III. Mais de nombreux paradoxes
1. Le budget consacré à la culture
* Problèmes d’alternance et de cohabitation politique ; coupes budgétaires, actions non mises en places ou suspendues…
* Part importante du budget consacré à la politique« bâtisseuse" de Mitterrand et au fonctionnement d’institutions prestigieuses
2. L’hétérogénéité de l’action culturelle
* « Saupoudrage » de dispositifs variés et information pas toujours suffisante
3. La persistance de la « fracture culturelle » aussi bien territoriale que sociale :
* Persistance de pratiques toujours très différenciées au niveau local (exemple ; volonté de suppression declasses CHAM à Angoulême) et selon la sociologie des publics
* Problèmes de formation artistique des enseignants avec la réforme de la mastérisation
* Problèmes du statut des intermittents du spectacle : non prise en compte de la dualité des fonctions de l’auteur et du pédagogue par le régime d’assurance chômage
4. La dénaturation de la politique culturelle ou un « art dudivertissement »
Selon Philippe Urfaline, les années Lang ne seraient que celles de « la municipalisation de la culture, d’une conception « entrepreneuriale », divertissante donc  »mobilisatrice » donnant une image innovante et festive de la création.

On assisterait donc avec la politique culturelle de Jacques Lang, davantage à « une démocratie de la culture » au niveau de l’éducation des...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La vie culturelle sous le second empire
  • L’action en responsabilité du maître de l’ouvrage contre le sous-traitant
  • Synthèse : "l'action des poètes et le rôle de la poésie sous la résistance"
  • Le combat culturel de aimée césaire sous le régime de vichy
  • L'animation culturelle dans le processus électoral en cote d'ivoire: l'action de l'ong initiative citoyenne
  • lang c
  • L'action
  • L'action

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !