L’écrivain américain saul bellow (1915-2005) affirme : « je crois que les romanciers qui adoptent la vision la plus amère de notre condition moderne, tirent la meilleure partie de l’art du roman » qu’en pensez-vous ?

1886 mots 8 pages
Dissertation

L’écrivain américain Saul Bellow (1915-2005) affirme : « Je crois que les romanciers qui adoptent la vision la plus amère de notre condition moderne, tirent la meilleure partie de l’art du roman » Qu’en pensez-vous ?

Actuellement, nous vivons dans une société où la littérature est un moyen d’expression utilisé par de nombreux auteurs qui ont chacun leur vision du monde. La plupart du temps l’auteur cherchera à faire de son personnage quelqu’un d’unique et qui devra affronter des épreuves ou qui fera des choix qui détermineront sont avenir dans sont histoire. Cependant, nous pouvons nous demander quels sont les visions adoptées qui permettent à l’auteur de tirer la meilleure partie de l’art qu’est l’écriture d’un roman. D’ailleurs l’écrivain américain Saul Bellow s’est permis d’affirmer « Je crois que les romanciers qui adoptent la vision la plus amère de notre condition moderne, tire la meilleure partie de l’art du roman » C’est pour cette raison que nous pouvons nous demander si l’utilisation d’une vision amère de notre condition moderne, permet aux romanciers de tirer la meilleur partie de l’art du roman. Tout d’abord, nous soutiendrons l’avis de l’écrivain Saul Bellow, en démontrant que les auteurs tirant la meilleure partie de l’art du roman sont ceux qui adopte la vision la plus amère de notre condition moderne. En second, nous prouverons le contraire en disant que la meilleur partie de l’art du roman ne se trouve pas forcément dans ceux qui adopte une vision affligeante de notre condition moderne. En dernier, nous essayerons de prouver que la combinaison des deux peut-être avantageux puis nous finirons par la conclusion.
En premier lieu, nous pouvons nous rendre compte que la citation de l’auteur est cohérente avec notre situation actuelle. Nous remarquons aisément que la plupart du temps, les romans dont on entend le plus d’écho, sont en grande partie des romans qui parlent de notre condition humaine. Ce sont des romans auquel le

en relation