L’immigration

375 mots 2 pages
L’immigration « clandestine » est un fait. Avec des fortunes diverses, les Etats de l'Union européenne se sont appliqués à la contenir, à la canaliser, voire à l’interdire. L’attrait exercé par l’Occident sur des populations exposées à la violence de la misère et des conflits continue de se manifester. Sans être l’invasion décrite par certains, l’immigration clandestine exerce des effets désintégrateurs sur des régions, des villes, des quartiers, toujours les mêmes, exigeant des mêmes responsables – élus, administrateurs, associations – des efforts renouvelés d’accueil et d’intégration.
Ce problème, qui a constitué depuis une vingtaine d’années un thème continuel d’affrontements politiques internes, est en train de changer complètement de nature.
La mise en oeuvre de l’accord de Schengen a transformé, non seulement la pratique des services chargés, dans les différents Etats parties à ce système, de la police des étrangers, mais aussi et peut– être, aujourd'hui, surtout, la perception que les étrangers candidats à l’immigration ont de l'Europe : avec l’espace Schengen, l'Europe leur apparaît comme un vaste territoire, d’un seul tenant, dans lequel, à partir d’un point d’entrée presque indifférent, ils peuvent déployer un projet d’immigration qui les mènera, par exemple, des côtes italiennes à la France et enfin à la Grande-Bretagne ou à l’Allemagne. Parallèlement, les règles d’entrée et de séjour des étrangers sur le territoire de la Communauté européenne, considérées comme un élément du régime de libre circulation des personnes, font l’objet d’une démarche systématique d’unification et d’harmonisation de la part de la Commission, qui a soumis au Conseil de nombreuses propositions de directives sur les divers aspects du droit de l’immigration, et a notamment rendu publique, en novembre 2001, une communication sur l’immigration clandestine.
- 8 -
Au moment où est présenté ce rapport, la discussion communautaire est soumise aux

en relation

  • L'immigration
    856 mots | 4 pages
  • L'immigration
    567 mots | 3 pages
  • L'immigration
    741 mots | 3 pages
  • L'immigration
    2008 mots | 9 pages
  • L'immigration
    811 mots | 4 pages
  • L'immigration
    11110 mots | 45 pages
  • L'immigration
    2793 mots | 12 pages
  • L'immigration
    710 mots | 3 pages
  • L'immigration
    1444 mots | 6 pages
  • L'immigration
    728 mots | 3 pages