L'écriture de soi par serguei

541 mots 3 pages
« L’écriture de soi » par Sergueï, Le Monde du 24 janvier 1997 :
Sergueï est un dessinateur argentin né à Buenos Aires fils d’une famille de musiciens et de peintres d’origines russes. A l’âge de 20 ans, il fuit la dictature militaire dans son pays et s’installe à Paris. En France il collabore avec plusieurs journaux comme Le Monde ou l’Express en tant que dessinateur.
Présentation du document : Ce document dessiné au crayon est une caricature réalisé par Sergueï. Il est paru pour le quotidien Le Monde du 24 janvier 1997 intitulé « l’écriture de soi » illustrant l’article "Paysages de l'autofiction".
Description du document : Ce dessin représente un homme dont le corps est tronqué, c’est-à-dire qu’il est réduit à ses seuls bras, épaules et tête. Devant le personnage, on distingue un livre en cours d’élaboration. On peut noter également que le point de croisement des aiguilles nous amène au centre du dessin, au début du livre. Ce livre ainsi que la tête et les mains ont été dessinés avec une multitude de coup de crayon et sont en opposition par rapport au personnage, l’œil est donc directement attiré vers ces zones. Ces zones sont misent en relation par le fil de laine qui les relie suivant une ligne verticale. Il symbolise ainsi le chemin de la création littéraire qui va de la pensée, de la mémoire à l’œuvre. Ces trois éléments sont aussi la représentation des temps du genre autobiographique :
- le passé (réel, vécu) que l’écrivain déroule (sa tête) ; - le présent de narration que l’écrivain tricote (l’aiguille et le fil). Ce qui donne à la fin de

en relation

  • L'ecriture de soi, Sergueï
    696 mots | 3 pages
  • L'écriture de soi serguei
    456 mots | 2 pages
  • L'ecriture de soi, Sergueï
    273 mots | 2 pages
  • jrtete
    3220 mots | 13 pages
  • gameur
    365 mots | 2 pages
  • Serguei
    290 mots | 2 pages
  • Seguei
    796 mots | 4 pages
  • Le cinéma russe
    2505 mots | 11 pages
  • Retrospective sergeuei eisenstein
    4205 mots | 17 pages
  • Analyse du film alexandre nevski
    798 mots | 4 pages