L'albatros

Pages: 5 (1134 mots) Publié le: 31 janvier 2012
Le poème « L’albatros » a été écrit par Charles Baudelaire, et a été publié en 1861 dans son recueil intitulé Les Fleurs du mal. Charles Baudelaire, né le 9 avril 1821, est un poète qui appartenait au mouvement romantique, dominant au 19ème siècle. Le poème « L’albatros » nous montre que sa pensée et son style d’écriture appartiennent bien au romantisme.
Dans ce commentaire, nous pouvons doncnous poser la question suivante : Quelle image du poète Charles Baudelaire nous propose-t-il dans ce poème ?
Pour y répondre, nous allons en premier lieu parler du fait que le poème prend la forme d’un drame, d’une pièce de théâtre, en analysant les différentes strophes. Puis, nous observerons que la dernière strophe a un rôle particulier par rapport aux trois premières. Enfin, nous analyseronsles analogies que Charles Baudelaire a placées dans le poème pour retranscrire son état d’esprit.

*
* *

Tout d’abord, étudions la tournure dramatique que prend le poème.
Le mot drame étant polysémique selon le contexte, il est important de le définir : en un sens, qui est le plus utilisé de nos jours, le drame est perçu comme une situation triste, que l’on pourrait qualifier depitoyable. D’autre part, le drame peut qualifier quelque chose qui présente de nombreuses actions qui se suivent succinctement, à la manière du théâtre.
Repassons à l’étude du poème : il possède une structure remarquable, qui donne à chaque strophe une fonction qui lui est propre.
Pour la première, on observe tout particulièrement une scène qui présente la capture de l’albatros, symbolisée parle verbe prendre. La deuxième strophe relate le malheur de l’oiseau une fois déposé sur le bateau, avec les adjectifs maladroits et honteux et l’adverbe piteusement.La troisième strophe dépeint la souffrance de l’oiseau, les tortures qu’il subit, alors qu’auparavant, il volait majestueusement et s’imposait dans le ciel, il est maintenant un martyre à l’agonie. Sa souffrance est notamment représentée par le mépris des marins, caractérisée par les actions décrites : l’un agace son bec avec un brûle gueule, l’autre mime, en boitant, l’infirme quivolait. La dernière strophe parle du poète au 19ème siècle, et l’assimile à l’oiseau.
Aussi, on remarque que chaque strophe (sauf la dernière) correspond à une étape de l’histoire de l’oiseau, relatée sous forme de drame. Le fait que deux décors fondamentalement différents, que sont le ciel et le bateau, représentant d’une part l’infini, la liberté pour le ciel, d’autre partl’emprisonnement, le confinement pour le bateau, cela accentue l’aspect théâtral du poème. Cet aspect est aussi renforcé par le fait que les strophes, agencées en quatrains, sont régulières.
La théâtralité du poème est aussi renforcée par la focalisation progressive sur l’albatros : au début, le poète utilise des articles pluriels, pour définir un cas général. Peu à peu, le poème se focalise sur l’albatroscapturé par les marins, surtout dans la 3ème strophe, par l’utilisation d’articles singuliers définis, comme ‘ce voyageur’, ‘son bec’. L’albatros devient l’objet principal du poème.
Pour finir sur la théâtralité du poème, nous remarquerons qu’elle est aussi renforcée par la présence de petites scènes décrites, comme les boitements de l’oiseau, ou les huées dans la dernière strophe.

Par ailleurs,étudions la fonction de la dernière strophe dans le poème plus en détail.
On voit que cette strophe a l’air d’expliquer au lecteur le drame passé, introduit par les trois précédentes strophes. L’explication est faite par le biais d’une comparaison, relatée par le mot ‘semblable’, qui relie le poète à l’oiseau, qualifié de ‘prince des nuées’, ce qui peut amener à la pensée que le poème est en...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'albatros
  • L'albatros
  • L'albatros
  • l'albatros
  • L'albatros
  • l'albatros
  • l'albatros
  • L'albatros

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !