L'arret fragonard

919 mots 4 pages
L’affaire du Verrou de Fragonard commence en 1933, lorsque M André VINCENT, depuis lors décédé a vendu aux enchères une toile qui après expertise, se révèle être comme « étant attribué à Fragonard » et intitulée « le verrou ». Par la suite, l’authenticité de la toile est établie avec certitude, il s’agit donc bien d’une œuvre certifiée de Fragonard. Les héritiers d’André VINCENT décident alors d’annuler la vente pour cause d’erreur, car le prix de la toile une fois son authenticité démontrée est bien supérieur au prix auquel M VICENT a cédé la toile en 1933. La demande d’annulation de la vente est rejetée par la juridiction du 1er degré puis par la cour d’appel en date du 12 juin 1985. Les Héritiers de M.Vincent décident alors de se pourvoir en cassation selon un moyen unique en deux branches.
Ils mettent en avant une violation de l’article 1110 du code civil et de l’article 455 du nouveau code de procédure civile par la cour d’appel. En effet, selon eux, cette dernière a considéré que si l’expression « attribuée à » marque une certaine réserve sur l’authenticité de l’œuvre elle n’en exclut pas pour autant la possibilité. D’autre part, la Cour d’appel se serait focalisée uniquement sur la définition objective de l’expression « attribué à » sans attribuer d’importance à la conviction réelle du vendeur au moment de la formation de la vente. En résumé, les héritiers de M.André reprochent à la cour d’appel une mauvaise interprétation de la formule « attribuée à ». En outre, ils soulèvent le fait que vendre avec la conviction que l’authenticité est discutable alors que celle-ci est en fait certaine constitue une erreur.

Peut-on considérer qu’il y a nullité de convention ?

La 1ère chambre civile de la Cour de Cassation rejette le pourvoi des héritiers de M.Vicent en date du 24 mars 1987. Ils s’appuient sur le fait qu’au moment de contracter, M.VINCENT avait accepté an aléa quant à l’authenticité de l’œuvre et que les héritiers de M.VINCENT n’avait pas apporté

en relation

  • L'arrêt fragonard
    1545 mots | 7 pages
  • 1Ère chambre civile de la cour de cassation le 24 mars 1987
    1593 mots | 7 pages
  • Arrêt 24 mars 1987
    1826 mots | 8 pages
  • Commentaire arrêt fragonard
    1517 mots | 7 pages
  • Droit commercial
    3734 mots | 15 pages
  • Les vices du consentement : l'erreur
    822 mots | 4 pages
  • Arrêt de la 1ère chambre civile du 28 mai 2008
    1511 mots | 7 pages
  • 2 _Cass _1iere_civ_24_mars_1987_Erreur_fragonard
    403 mots | 2 pages
  • Intégrité du consentement
    1685 mots | 7 pages
  • Td l’intégrité du consentement
    1754 mots | 8 pages