L'art

Pages: 15 (3585 mots) Publié le: 27 mai 2013
Le problème de la connaissance touche directement à la condition de l’homme, ce que Pascal appelle sa grandeur qui intègre à la fois ses faiblesses et ses limites, à la fois cette capacité de connaître, sa pensée, propre à sa nature et le distinguant de tout le reste du monde. Ainsi, l’anthropologie pascalienne – car il s’agit d’une compréhension de l’homme dans sa totalité – repose sur leparadoxe de la connaissance au travers de laquelle l’homme se voit tantôt une minuscule partie comprise entre deux infinis tantôt comme le centre du monde connaissable. Pourtant cette vision est bien loin d’être évidente et première chez Pascal ; elle est plutôt le résultat de ses travaux exceptionnels dans la variété de leur domaine de connaissance.
Étudier la valeur de la connaissance,c’est donc reprendre la définition de l’homme dans son rapport au monde ; c’est aussi et surtout le saisir dans l’intimité de ses facultés, dans ce qu’il est et, par là, rejoindre l’union profonde entre connaissance et volonté. Pour Pascal, le rapport est étroit entre ce que l’homme connaît et ce qu’il désire, à savoir les différentes finalités qu’il choisit à travers la connaissance qu’il possèdesur les êtres.
C’est pourquoi, il semble intéressant d’étudier comment Pascal pose une hiérarchie de différentes valeurs quant aux connaissances d’un monde riche en complexité (I) et mettre en de lumière que ce que Pascal appelle le cœur détermine la valeur d’une connaissance comme révélateur du fond de l’homme (II).
La distinction fondamentale que pose Pascal à propos del’ensemble des connaissances est celle des « trois ordres ». Il établit une sorte de hiérarchie par trois ordres dans la connaissance : l’ordre des corps, l’ordre des esprits et l’ordre de la charité. Par sa densité et sa richesse, ce texte[1] peut être lu sous l’aspect de la complémentarité et de l’irréductibilité des ordres. Tout d’abord, chaque ordre a sa particularité : le premier a pourobjet « l’éclat des grandeurs », le deuxième « la grandeur des gens d’esprit », le troisième « la grandeur de la sagesse ». Ces objets de connaissance ont plus ou moins de valeur selon le changement d’ordre ; la connaissance se parachève en celui de la charité où « Dieu leur suffit ». Chez Pascal, il ne s’agit pas là d’un saut dans la foi mais d’un ordre distinct et existant par rapport aux autres :l’irréductibilité en est la preuve dans la mesure où l’ordre de la charité devrait aspirer ou anéantir les deux autres une fois cette connaissance atteinte. Or, il n’en est rien. Se servant de sa considération sur les mathématiques, Pascal pose une analogie entre le point, la ligne, le plan et le volume et ces trois ordres de connaissance : de même qu’il n’est pas de l’ordre de l’évidence de passerdu point à la droite, de la droite au plan… de même les divers ordres de connaissance, s’ils composent l’ensemble de la connaissance, n’en restent pas moins irréductible l’un avec les deux autres. Si Archimède à qui Pascal voue une admiration totale, régna en maître dans l’ordre des esprits, « qu’il a éclaté aux esprits » et que le Christ l’a d’une certaine manière surpassée dans l’ordre de lacharité puisque « de tous les corps ensemble, on ne saurait en faire réussir une petite pensée : cela est impossible, et d’un autre ordre », « de tous les corps et esprits, on n’en saurait tirer un mouvement de vraie charité : cela est impossible, d’un autre ordre, surnaturel », aucun des ordres ne peut se substituer aux autres. C’est un point essentiel qui l’oppose à une pensée comme celle deDescartes : celle-ci posait l’unité de la connaissance au niveau d’une résolution d’un domaine particulier, à savoir les mathématiques. Pascal, quant à lui, laisse à chaque ordre et, par là, à chaque science sa méthode, sa fécondité et aussi sa limite. Il se refuse la facilité d’une synthèse trop rapide. De ce fait, il peut être pressenti que, derrière la clarté éblouissante de l’expression de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • l'art pour l'art
  • L'art pour l'art
  • L'art pour l'art
  • L'art
  • l'art
  • L'art
  • L'art
  • L'art

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !