L'avortement clandestin

982 mots 4 pages
L’Uruguay, petit pays d'Amérique du Sud comptant 3,3 millions d'habitants. Chaque année, environ 33 000 femmes avortent clandestinement. Ce qui nous donne un pourcentage plutôt élevé en comparaison avec nos pays voisins tels que l'Allemagne, 0,14%, la France, 0,34% tandis que celui de l'Uruguay est de 1% soit dix fois plus que l'Allemagne et trois fois plus que la France. Beaucoup de mondes trouvent ces statistiques affolantes, ce qui lance le débat sur ce type d'avortement. Tout comme Simone Veil, ma philosophie est « non aux avortements clandestins. » Je vais vous développer ma thèse selon les arguments à la fois scientifique, moraux, religieux, légaux et économiques.
Premièrement, parlons du point de vue scientifique. Pour un avortement réussi, il faut impérativement avoir la médecine à ses côtés, afin de garantir la bonne santé de la mère à la suite de l'opération. Ce qu'un avortement clandestin ne peut lui apporter. Ce type d'avortement peut engendrer des lésions au niveau de l'utérus de la femme voire même des déchirures causées par la technique parfois « primitive » de ces opérations. La plus grande répercussion de cette technique est l'abandon de toute chance de procréer à nouveau. Gérard Berliner, un chanteur criant au scandale et à la dureté de l'acte d'une jeune femme appelée Louise. Elle dut avorter par ses propres moyens qui étaient des aiguilles à tricoter de ses propres mains. Elle dut le faire toute seule pour éviter les « quand dira-t-on ? »
Deuxièmement, d'un point de vue moral, un avortement ne peut se faire si le fœtus est trop évolué pour être éliminé. Or nombreuses sont les femmes qui avortent alors que le fœtus a déjà pris vie. L'avortement clandestin ne posent aucun soucis moral aux femmes ignorant le faite que le fœtus prend vie au bout d'un certain temps. Tandis que celles qui sont au courant auront plus dure à avorter après les limites. Richard Martineau,chroniqueur au Journal de Montréal, prouve dans son article qu'un fœtus est un

en relation

  • AVORTEMENT CLANDESTIN
    419 mots | 2 pages
  • Document
    453 mots | 2 pages
  • mari
    1053 mots | 5 pages
  • L'avortement
    1593 mots | 7 pages
  • Grossesse en milieu scolaire
    2169 mots | 9 pages
  • La dépénalisation de l’avortement
    481 mots | 2 pages
  • Nimp
    1689 mots | 7 pages
  • DOSSIER AVORTMENT
    2459 mots | 10 pages
  • Législation de l'avortement
    675 mots | 3 pages
  • La réglementation de l'avortement au maroc
    918 mots | 4 pages