L'economie du marché

Pages: 5 (1079 mots) Publié le: 6 mai 2010
Une économie de marché est un système économique où les biens et services sont échangés sur la base des prix relatifs grâce au mécanisme de l'offre et de la demande. Pour Robert Gilpin la dynamique de l'économie de marché tient non seulement aux prix relatifs mais également à l'importance accordée à la concurrence et à l'efficience dans l'activité économique[N 1]. Cette dynamique[1] favorise lacroissance économique et l'extension géographique de l'économie de marché au-delà des frontières politiques des États. En général les auteurs (notamment Robert Gilpin et Fernand Braudel), distinguent assez nettement l'économie de marché du capitalisme. Pour Roger Guesnerie[N 2], il vaudrait mieux parler des économies de marchés plutôt que de l'économie de marché, tant le système est dépendant desinstitutions très diverses qui soutiennent les marchés. Dans cette perspective, après la seconde guerre mondiale, la nécessité de prendre en compte les aspects sociaux a conduit à une généralisation de l'économie sociale de marché elle-même déclinée de façons différentes selon les pays. De nos jours, l'importance croissante accordée à l'environnement peut laisser penser [N 3] qu'une économiedurable de marché voire une économie sociale et durable de marché pourraient voir le jour.
|[pic] |Voir « économie de marché » sur le Wiktionnaire. |
|Sommaire |
|[masquer] |
|1 Économie de marchéet capitalisme |
|2 Fonctionnement |
|3 L'économie de marché en France |
|4 L'économie sociale de marché |
|5 Économie de marché et développement durable|
|5.1 La perspective de l'Église catholique |
|5.1.1 L'État |
|5.1.2 La société civile |
|5.2 La perspective sociale libérale |
|6 Critique du terme|
|7 Notes et références |
|7.1 Notes |
|7.2 Références |
|8 Bibliographie |

[pic]Économie de marché etcapitalisme [modifier]

Pour Robert Gilpin[N 4] l'essence du marché réside dans le rôle des prix relatifs dans le processus d'allocation tandis que celle du capitalisme réside dans la propriété privée des moyens de production. Au niveau théorique, une économie socialiste de marché composée d'acteurs publics et de travailleur non libres est pour lui concevable comme cela est envisagé dans le conceptd'économie socialiste de marché[N 5]
Pour Fernand Braudel, il existe une tripartition : vie matérielle, économie de marché et capitalisme. Pour lui « le capitalisme dérive par excellence des activités économiques au sommet ou qui tendent vers le sommet. En conséquence, ce capitalisme de haut vol flotte sur la double épaisseur sous-jacente de la vie matérielle et de l'économie cohérente demarché, il représente la zone de haut profit »[2]. D'une façon générale Braudel[3] distingue deux types d'échanges « l'un terre à terre, concurrentiel puisque transparent » qui relève de l'économie de marché et l'autre « l'autre supérieur, sophistiqué, dominant » qui relève du capitalisme qui pour cet auteur est très lié à l'État

Fonctionnement [modifier]

Ce système économique est une des formes...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'économie de marché
  • L'économie de marché
  • L'économie de marché
  • l'économie de marché
  • Limite de l'économie d'endettement et de l'économie de marché
  • Les mecanismes de l’economie de marche
  • Les mécanismes de marché dans l'économie moderne
  • L’economie de marche : son fonctionnement et ses imperfection

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !