L'enfant

365 mots 2 pages
Analyse du texte de Victor Hugo
Commentaire littéraire

I. Les ravages de la guerre et de la destruction

Destructions matérielles (champs lexicaux : ruine, deuil...)
Passage du paradis au néant : la première strophe décrit Chio comme une île idéale (anaphore de « Chio » suivie d'expressions montrant le bonheur et l'opulence qui régnaient sur Chio). La deuxième strophe marque la rupture et le résultat de la guerre : « Tout est désert »
Les conséquences affectives :
Solitude et détresse de l’enfant rescapé et abandonné.
Conditions pitoyable (vaincu « tête humiliée »)
Soumission, passivité
Champs lexical du chagrin : larmes, pleurent, chagrins
Pitié du narrateur : passage du récit au dialogue. Interjection, interrogation : sollicitude, consolation.
Attitude protectrice et réconfortante (anaphore « veux-tu »)

II. Images de la paix, du bonheur et de l’innocence

Contrepoint du malheur
Opposition passé/présent et présent/futur : - Un passé lumineux - Présent cf. image de l’aubépine échappée du désastre (Vision angélique de l’enfant) - Futur consolateur Paix bonheur innocence / enfant / nature heureuse et pacifique Éléments poétiques de la nature mystérieuse et mythologique. Fleurs, fruits, oiseaux (cf. exotisme)

III. Vers la clef symbolique du texte

Alternance des images de destructions du bonheur - Destructions et deuil dominent dans les 2 premières strophes - Équilibre avec joie des strophes 3 et 4 - Domination d’une évocation heureuse dans 5 et 6 (destruction exprimée 2 fois seulement)
=> Évolution vers une évocation consolatrice. Mais le fait que l’enfant ne réponde pas => remèdes insuffisants ? Inadaptés ?
Cela prépare la réponse de l’enfant : « Je veux de la poudre et des balles » : l'enfant veut la vengeance et le combat
Paradoxe : la consolation tend à atténuer le contexte tragique qui n’en revient qu’avec plus de force à la fin du texte.
Caractère

en relation

  • L'enfant
    527 mots | 3 pages
  • L'enfant
    1124 mots | 5 pages
  • L'enfant
    1317 mots | 6 pages
  • L'enfant
    5240 mots | 21 pages
  • l'enfant
    363 mots | 2 pages
  • L'enfant
    1070 mots | 5 pages
  • l'enfant
    475 mots | 2 pages
  • L'enfant
    1338 mots | 6 pages
  • L'enfant
    1194 mots | 5 pages
  • L'enfant
    524 mots | 3 pages